HAUT DE PAGE




Edito

Au-delà de la Constitution
Al-delà la Constitucion
Oinarrizko Araudia … eta gero
Més enllà de la Constitució



L'Europe vue de l'Hémicycle

ECONOMIE
Le Pacte est mort, vive le Pacte !

PARLEMENT
Le concubinage des éléphants ?

ELARGISSEMENT
La marche turque

COMMISSION
Sous haute surveillance

EUROJARGON
Parlez-vous "européen" ?

BREVES
Vrac d'Europe











L'Europe vue de l'Eurorégion

L'Europe vue du Pays Basque
ENVIRONNEMENT
Alors ? ça baigne ?
Beraz, mainatzen ahal girea ?

L'Europe vue de l'Agenais
ENERGIE
Les huiles de l'Institut

L'Europe vue de Catalogne
CULTURE
À langues déliées
Llengües lliures

L'Europe vue du Larzac
AGRICULTURE
Citoyenneté plein champ
Ciutadanetat de campal

L'Europe vue du Pays Héraultais
LIBERTES
Les nouveaux Rainbow Warriors

L'Europe vue des gens du voyage
DROITS
Au bord de la route

L'Europe vue du Pays Tolosan
TRANSPORTS
Ouf ? Chut ? Zen ? … Beurk !




















Edito

Au-delà de la Constitution

L'analyse technique du Traité constitutionnel européen est simple : pour le camp progressiste, il n'y a que des avancées et aucun recul. L'analyse politique en est autrement plus complexe, car c'est bien un pari sur l'avenir que chaque européen convaincu devra faire au fond de lui-même. Rejeter le texte, c'est se mobiliser pour obtenir fondamentalement mieux. L'adopter, c'est se servir des nouveaux outils inclus dans le texte lui-même, pour l'améliorer aussitôt.

À court terme, le choix du "non" semble plus confortable. Mais rebondir ne pourrait alors se faire que par deux voies : la voie légale (unanimité au Conseil européen - ultra dominé par les libéraux - pour extirper du texte toutes scories libérales), ou la voie révolutionnaire (mobilisation populaire "à l'ukrainienne" pour imposer une autre constitution). Or ces deux - séduisantes - hypothèses oscillent, on le voit bien, entre irréalisme et démagogie.

En rester à un simple refus serait une victoire sans partage des souverainistes les plus stériles, ou les plus nauséeux, notamment parce qu'il deviendrait institutionnellement impossible d'ancrer une Turquie, même démocratisée, à la sphère européenne. Enfin, un "non" triomphant bloquerait aussi le curseur politique sur le libéralisme-roi et sa casse sociale et environnementale. Car il ne suffit pas de cibler de justes critiques - souvent, hélas, sans le dire - sur les parties productivistes du texte déjà inscrites dans le traité actuel, sans avouer qu'elles seraient les seules à rester en vigueur et à dicter leur sale loi, si le "non" l'emportait.

Oser le "oui" est une épreuve complexe, mais d'une tout autre nature. Il s'agit de juxtaposer au traité actuel des éléments inédits permettant - pour la première fois - d'espérer lancer l'Union vers d'autres horizons, arlant de commerce équitable, de plein emploi, de développement durable. Les nouveautés constitutionnelles sont tout, sauf anecdotiques : pouvoirs du Parlement élargis comme jamais, contrôle politique de la Commission renforcé, diplomatie cohérente basée sur la prévention des conflits, stabilité et transparence du Conseil, base juridique pour défendre les services d'intérêts généraux, limitation des blocages décisionnels, Charte des Droits fondamentaux invocable devant les tribunaux, droit d'interpellation citoyen. Si la question est : "avec ces nouvelles règles, pourra-t-on mieux défendre les droits sociaux, l'environnement, la diversité culturelle, la paix. ? " La réponse, sans hésiter, est "oui" ! C'est ce "oui", exigeant, révolté, obstinément anti-libéral, que je traduirai, en conscience, par mon vote.

La Constitution proposée n'est certes pas celle que les écologistes souhaitaient, et la mobilisation électorale espérée n'a pas été au rendez-vous pour imposer un sursaut au Conseil. Il est donc parfaitement respectable de ne pouvoir valider un tel texte, mais il faut alors en mesurer pleinement les lendemains, surtout pour les plus faibles.

Parce que le Parlement européen a gagné le pouvoir de proposer des amendements à cette Constitution, le groupe des Verts a choisi de s'appuyer sur celle-ci en annonçant une initiative citoyenne pour pousser les eurodéputés à amender, au plus tôt, un texte qui n'est - en rien - gravé dans le marbre.

Car il y a urgence. À l'heure où Bush et les siens entendent imposer la prédation libérale, renvoyer à plus tard l'émergence d'un projet alternatif européen, est un luxe que ni les plus défavorisés, ni la planète, ne peuvent encore se permettre.

Edito version occitan


Al-delà la Constitucion


L’analisi tecnica del Tractat constitucional europèu es simple : pel camp progressista, aqueste clau pas que d’avançadas e nat recuol. L’analisi politica es plan mai complèxa, estant qu’es plan una escomesa sus l’avenidor que cada europèu convencit deurà far del fin fons de son sicap. Fòragetar lo tèxte, aquò’s seriá se mobilisar per obtener fondamentalament melhor. L’adoptar, aquò’s s’apoderar de las aisinas nòvas contengudas dins lo quiti tèxte, per atanlèu lo melhorar.

A tempses immediats, la causida del « non » sembla mai confortabla. Mas rebombir subre, se poriá alara far pas que per doas vias :

  • la via legala, mas alara seriá necessària l’unanimité del Conselh europèu per espurgar lo tèxte de totas sas escòrias liberalas mentre que sabem Conselh europèu tras que dominat pels liberals ;

  • la via revolucionària, que necessitària una mobilisacion populària « a l’ucreniana » per impausar una autra Constitucion.

Mas aquestas doas « sedusentas » ipotèsis trantalhejan, se vei plan pro, entre irrealisme e demagogia.

Ne demorar a un refús fòrt e mòrt seriá porgir una victòria sens partatge dels sobeiranistas los mai bufecs, o tanplan los mai vòmitoses. Mai que mai per çò que devendriá institucionalament impossible d’ancorar una Turquia, emai democratisada, al monde europèu. Per acabar, un « non » triomfant blocariá ademai lo cursor politic subre lo liberalisme-rei e son esclapatge social e environamental. Basta pas sonque se ciblar d’unas criticas justas subre las estipulacions productivistas del tèxte. Aquestas estipulacions existisson ja que son inscrichas dins lo tèxte del tractat actual. Votar « non » al Tractat constitucional seriá far en sòrta qu’aquestas orientacions serián las solas a demorar en vigor, demorarián per dictar lor marrida lei.

Gausar dire « òc » es una espròva complèxa, mas d’ana natura autra. Se tracha de justapausar al tractat actual d’unes elements inediches permetent, pel primièr còp, d’esperar enançar l’Union cap a d’autres tombadas. D’autres asuèlhs lusents tocant al comèrci equitable, al plen emplec e al desvolopament duradís. Las noveltats constitucionalas sont tot çò que voldrètz, fòra anecdoticas : poder del Parlament alargat coma jamai non es estat, contraròtle politic renfortit de la Comission, diplomacia coërenta basada subre la prevencion dels conflictes, estabilitat e transparéncia del Conselh, basa juridica per aparar los servicis d’intereses generals, limitacion dels blocatges decicionals, Carta dels dreches fondamentals invocables davant los tribunals, drech d’interpellacion ciutadan. Se la question es : « Amb aquestas novèlas règlas, se poirà melhor aparar los dreches socials, l’environament, la diversitat culturala, la patz ? » La responsa, sens transtejar, es « òc ». Aquò’s un « òc » exigent, revoltat, caparudament anti-liberal que tradusirai, en consciéncia, per mon vòte.

La Constitucion prepausada es cèrta pas la que los ecologistas desiravan, nimai la mobilisacion electorala esperada es pas estada al rendètz-vos per impausar un tressaut al Conselh. Aladoncas, es senadament respectable de non poder validar un tèxte d’aquel calibre, mas alara ne cal mesurar a bona pagèla los lendemans, subretot per los mai freules.

Per rason que lo Parlament europèu se ganhèt lo poder de prepausar d’esmendaments a n’aquesta Constitucion, lo grope Verts-ALE a causit de s’apevar sus aquesta en anonciant una iniciativa ciutadana qu’aurà per tòca de butar los eurodepudats a esmendar, al pus lèu, un tèxte qu’es pas de cap de biais gravat dins lo marme.

I a urgéncia sul sicut. Al moment ont Bush e los seus fan tot per impausar la predacion liberala, remandar a l’an dos-milas-cent-japa l’emergéncia d’un projecte alternatiu europèu, aquò’s un luxe que ni los mai apauresits, nimai la planeta, se pòdon, ara per ara, permetre.

Revirat en lenga nòstra per Sèrgi Viaule

Edito version basque


Oinarrizko Araudia … eta gero


Europako Oinarrizko Araudi itunaren azterketa teknikoa arrunta da : aintzinakor zatiarentzat, bakarrik aintzinamenduak badira eta ez atzerapenik. Azterketa politikoa askoz korropilatsua da, geroari buruzko parioa baita funtsez Europaz sinesten duten herritarrek beren baitan egin behar dutena. Testuaren baztertzeak, mugitzearen aldeko borroka galdegiten du zinezko hobekuntzak lortzeko. Onartzea, barnean diren tresna berrien baliatzearen alde jokatzea da, ituna berehala hobetzeko.


Epe laburrean, ezaren hautua erretxago badirudi. Bainan berriz indarrak bilduz mugitzeko, bi bide baizik ez ditu idekitzen : lege bidea (Askatzaileak arras nagusi diren Europako Kontseiluaren boto osoa lortu behar da, askakeri neurri ezezkorrak kentzeko) edo iraultzaren bidea (herritarren mugitze azkarra « ukrainian » gisa, beste Oinarrizko Araudi baten onartarazteko). Beraz, bi aterabide atsegingarri hauek irrealismo edo demagogiaren artean kokatzen dira, untsa ikusten dugun bezala.


Ezetz trinko batean egoitea garaipen handi bat litzateke soberanista mugigaberienentzat edo hetsikorrenentzat, bereziki ez bailitaike gehiago aterabiderik Turkia, demokratizatua bada ere, Europan sartzeko paradarik ukan dezan. Hots, eza garaile batek begiak itzul lezazke bakarrik askakeri-erregearen gainean, bere ingurumen eta gizarte kalte handiekin. Ez baita aski kritika xuxenak ekartzea - zoritxarrez ardura erran gabe - zati ekoizlekerien gainean, jakinez jadanik, gaurko itunetan barne direla, onartu gabe, bakarrik izanen direla indarrean beren lege tzarrak gauzatuz, eza irabaz baleza.


Baietzarekin menturatzea ariketa korropilatsua da, bainan beste izaitekoa. Gaurko itunari sekulan ikusitako osagai batzuen gehitzea gerta litaike – lehen aldikotz – itxaropenarekin Europako Batasuna onart lezakela aintzinamendu batzu, hala nola, enplegu osoko saltze zuzena, garapen jasangarria. Berritasun konstituzionalak garrantzitsuak dira : sekulan ez bezala, Legebiltzarreko ahalmen zabalak, Komisioaren zaintze politikoa azkartua, gatatazken prebentzioarako diplomazia, Kontseiluko egonkortasun eta argitasuna, interes orokorreko zerbitzuen zaintzeko lege oinarria, erabakitzeko traben mugatzea, oinarrizko eskubideen Agiria baliatzea Auzitegien aintzinean, hiritar interpelazioaren eskubidea. Galdea bada : « araudi berri horiekin, hobeki zaintzen ahalko ditugu eskubide zozialak, ingurumena, ainiztasuna kulturala, bakea ? » Dudarik gabe, erantzuna litaike « bai ». Arras Askakeri aurkako eta ainitz galdegiten duen baietza oldartu horren alde bozkatuko dut.


Bixtan dena, Oinarrizko Araudi hau ez da Berdeek nahi zutena, eta bozkaketarako mobilizazio itxarotua ez da azkar izan Kontseiluko jarrera aldatzeko. Beraz, arras ulertgarri da araudi berri hau ez babestea, bainan ondorioak ongi neurtu behar dira, bereziki ahulenentzat.


Europako legebiltzarrak Konstituzio horri emendakinak proposatzen ahal dituelako, Berde taldeak hautatu du hortaz abiatzea ekimen hiritar baten bultzatzeko eurodeputatuek emenda dezatela lehen bai lehen, mugitu gabe ez den testu hau.


Laster egin behar da. Bush eta bere lagunek Askakeri basakeria bortxaz sararazi nahi duten denboran, Europako egitasmo alternatiboa bat luzatzea, pobreak eta planeta ulert ez luketen gabezia litaike.

Artikulua, Beñat Oteiza-k

Edito version catalane


Més enllà de la Constitució

L'anàlisi tècnica del Tractat constitucional europeu és simple : pel camp progressista, només hi ha avenços i cap recul. L'anàlisi política és força més complexa, car és una juguesca sobre el futur que cada europeu convençut haurà de fer al fons d'ell mateix. Rebutjar el text, és mobilitzar-se per obtenir fonamentalment millor. Adoptar-lo, és servir-se de les noves eines incloses en el text mateix, per millorar-lo de seguida.

A curt termini, l'elecció del « no » sembla més confortable. Però, llavors, tan sols es podria rebotar amb dues vies : la via legal (unanimitat al Consell europeu - ultradominat pels liberals - per extirpar del text tota l'escòria liberal), o la via revolucionària (mobilització popular "a la ucrainesa" per imposar una altra constitució). Ara bé aquestes dues - seductores - hipòtesis oscil·len, hom ho veu bé, entre irrealisme i demagògia.

Restar en un simple rebuig seria una victòria total dels sobiranistes més estèrils, o més nauseabunds, sobretot perquè es tornaria institucionalment impossible d’ancorar una Turquia, fins i tot democratitzada, en l'esfera europea. Finalment, un « no » triomfant blocaria també el cursor polític en el liberalisme-rei i la seua destrucció en l’àmbit social i mediambental. Car no n'hi ha prou amb fer justes crítiques - sovint, per desgràcia, sens dir-ho - a les parts productivistes del text ja inscrites en el tractat actual, sense reconèixer que serien les úniques que restarien en vigor i que dictarien la seua llei bruta, si el « no » vencia.

Gosar el "sí" és una prova complexa, però de naturalesa tota altra. Es tracta de juxtaposar al tractat actual elements inèdits que permetin - per primer cop – d’esperar llançar la Unió cap a altres horitzons, parlant de comerç equitatiu, de plena ocupació, de desenvolupament durador. Les novetats constitucionals ho són tot, llevat d'anecdòtiques : poders del Parlament ampliats com mai, control polític de la Comissió reforçat, diplomàcia coherent basada en la prevenció dels conflictes, estabilitat i transparència del Consell, basa jurídica per defensar els serveis d'interessos generals, limitació dels bloqueigs decisionals, Carta dels drets fonamentals invocable davant dels tribunals, dret ciutadà d'interpel·lació. Si la qüestió és : "amb aquestes noves regles, es podran defensar més bé els drets socials, el medi ambient, la diversitat cultural, la pau ? "La resposta, sense hesitar, és "sí"! És aquest "sí", exigent, revoltat, obstinadament antiliberal, que traduiré, en consciència, amb el meu vot.

La Constitució proposada en efecte no és la que els ecologistes desitjaven, i la mobilització electoral esperada no ha estat la que s’esperava per mor d’imposar un tomb al Consell. És doncs perfectament respectable no poder validar un tal text, però cal llavors mesurar-ne plenament les conseqüències futures, sobretot pels més febles.

Com que el Parlament europeu ha guanyat el poder de proposar esmenes en aquesta Constitució, el grup dels Verds ha triat de fonamentar-se en aquesta anunciant una iniciativa ciutadana per empènyer els eurodiputats a esmenar, al més aviat possible, un text - que no és pas - gravat en el marbre.
Car hi ha urgència. A l'hora en què Bush i els seus esperen imposar la depredació liberal, ajornar l'emergència d'un projecte alternatiu europeu, és un luxe que ni els més desfavorits, ni el planeta, encara no es poden permetre.

Article traduit per Idali Vera Grau


L'Europe vue de l'Hémicycle




Un pacte (enfin) intelligent ?

 Prévention
Tolérant des déficits dépassant la limite des 3 % dans les périodes de faible croissance et plus souple sur les délais envers les fautifs, le nouveau Pacte sera en revanche plus sévère dans les périodes de conjoncture favorable. Plus question de gaspiller les cagnottes fiscales !

Souplesse
Les règles monétaires et budgétaires, fixées dans l’ancien Pacte, s’adapteront en fonction de la conjoncture et des grandes orientations de politique économique.

Coordination
Le nouveau Pacte sera un moyen d'améliorer la coordination économique à l'intérieur de la zone euro. Ainsi le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker vient d'accéder à la présidence de l'Eurogroupe pour deux ans, et non pour 6 mois comme cela se pratiquait jusqu'ici.

Le Pacte est mort, vive le Pacte !
ECONOMIE

Mal né en 1997 à Amsterdam, le "Pacte de Stabilité et de Croissance" - tel qu'on le connaissait - est mort le 3 septembre 2004, lors de l'annonce officielle de sa réforme. Qualifié de "stupide" par M. Prodi lui-même, il devrait être remplacé en 2005 par de nouveaux critères que l'on espère, du coup, plus "intelligents". l est vrai que la "coalition des cancres", conclue en 2003 entre Allemagne et France - poids lourds économiques qui refusaient d'être sanctionnés pour leurs déficits excessifs - avait vidé de toute substance cet accord (pourtant imposé à l'origine par Berlin !) destiné à défendre la valeur de l'Euro en imposant une rigueur économique aux pays d'Europe du Sud, réputés laxistes. Il y avait urgence à réformer vu que la Cour de Justice européenne a rappelé que les États ne pouvaient bafouer ainsi la règle commune. Le nouveau Commissaire Joaquin Almunia a suspendu, jusqu'en mars 2005, les procédures ouvertes contre les deux pays, suscitant la colère des petits pays "vertueux".

Le carcan initial, trop simpliste - la dette devait rester inférieure à 60 % du Produit Intérieur Brut (PIB) et le déficit public annuel inférieur à 3 % du PIB - n’acceptait pas d’écarts sans de lourdes pénalités. Seule une récession de plus de 2 % du PIB - rarissime - épargnait les sanctions prévues, mais pas un l'actuel ralentissement sur une longue période. Pour éviter que la stagnation ne tourne à la récession, en 2004, pas moins de six pays représentant 80 % du PIB de la zone euro, ont dépassé les limites autorisées. Dernier pavé dans la mare aux hypocrisies : la Grèce avoue avoir triché depuis 2000 en masquant ses dérapages budgétaires sous couvert de… "Secret Défense" !

Mettant en péril la confiance des marchés dans l'euro, le Pacte devait être amélioré. Si la Commission en conserve les bases, elle a suivi trois des quatre recommandations formulées, depuis l'origine, par l'eurodéputé Alain Lipietz au nom des Verts : "Ne pousser au rétablissement de l'équilibre budgétaire que dans les périodes d'expansion, tolérer des déficits raisonnables dans les périodes de faible croissance, articuler les règles monétaires et budgétaires au sein de la gouvernance des grandes orientations économiques démocratiquement débattues". Les écologistes ont toutefois regretté que leur 4ème proposition n’ait pas été retenue : encourager le Développement durable en permettant de déduire des déficits les investissements liés aux objectifs de "Kyoto" (protection du climat) ou de "Göteborg" (grands réseaux de transports en commun).

Alain a par ailleurs critiqué que les prévisions de dépenses futures - comme les retraites - soient assimilées dès aujourd'hui à des dettes : "La vraie dette léguée aux générations futures, c'est le dérèglement climatique !"

L'accord conclu entre les ministres ne dit pas encore si le non-respect des nouvelles règles serait sanctionné uniformément ou soumis à l'appréciation du Conseil des Ministres des finances, car il laisse en suspens la définition des "circonstances exceptionnelles". La réforme n'est pas acquise : il faut un vote unanime des Vingt-Cinq pour que le pacte soit modifié, et l'inamovible Jean-Claude Trichet, Président de la Banque Centrale Européenne, affirme, contre toute évidence, qu'aucune réforme n'est nécessaire…


Alain : alipietz@europarl.eu.int



L'Europe vue de l'Hémicycle

Le concubinage des éléphants ?
PARLEMENT

Les nouveaux ne furent pas les plus assidus. À peine un électeur slovaque ou polonais sur cinq s'est déplacé pour élire le premier parlement de l'Europe élargie. Du côté des "15 anciens", la participation ne fut guère plus brillante : 47,7 % de votants, à comparer aux 63 % d'eurocitoyens qui, en 1979 avaient voté pour leur assemblée commune. Pollué par les enjeux nationaux, le débat européen n'est pas sorti grandi des urnes...

L'arc-en-ciel de l'hémicycle - qui est passé de 636 à 732 sièges - semble avoir peu évolué, mais risque d'être cadenassé par les "éléphants". C'est ainsi que l'on surnomme les deux groupes dominants, le PPE (Parti Populaire Européen) qui aligne les 268 élus (dont 17 UMP) de la droite conservatrice, suivi du PSE (Parti des Socialistes Européens) fort de 200 membres, dont 31 français. En absence de majorité absolue, la vie dans l'hémicycle restera-t-elle animée par la recherche - complexe mais passionnante - d'accords sur chaque texte ? Les 42 député(e)s Verts/ALE, parmi lesquels les 6 vert(e)s français(es), sont passés maîtres dans le rôle du groupe charnière, bloquant ou permettant l'adoption de nombre d'amendements. Mais l'accord - dit "technique" - scellé en juillet par le PPE et le PSE pour se partager les postes clés, pourrait polluer la vie démocratique de l'assemblée s'il devait se banaliser.

C'est grâce à cette alliance contre-nature que la Présidence du Parlement est revenue, pour une demi mandature, au socialiste espagnol Josep Borrell, en échange d'un renvoi d'ascenseur à mi-parcours, pour y installer le réactionnaire Hans Gert Pöttering, président du PPE. Ce deal, peu glorieux, s'est prolongé dans le partage des présidences de commissions, où une complaisante abstention socialiste a permis à une élue PPE, anti-avortement et homophobe, de s'emparer de la Commission des Droits de la Femme et de l'Égalité des Genres. Les Verts avaient pourtant démontré qu'une majorité alternative existait, et qu'un partage plus séduisant était possible entre M. Borrell et M Geremek - ancien de Solidarnosc - candidat du groupe ADLE (Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe) dont les 88 membres (dont 11 UDF) prônent le conservatisme économique mais sont progressistes sur les sujets de société. Les 41 membres du groupe GUE (Gauche Unitaire Européenne) agglomérant les eurocritiques de gauche (dont 3 communistes français) en rejetant cette option, ont poussé PSE et PPE à marcher trompe dans la trompe...

Les anti-européens, eux, continuent d'être marginalisés dans l'hémicycle, éclatés entre les 36 membres de IND-DEM (INDépendance et DEMocratie) dont 3 élus MPF, les 27 de l’UEN (Union pour l'Europe des Nations), et les 30 NI (Non-inscrits) où siègent les 7 députés FN.

Forts de leur homogénéité face à des groupes disparates -  il faut voir, par exemple, la dispersion lors des votes entre les "blairistes" et les "zapateristes" - les Verts demeurent, dans l'hémicycle, de vrais faiseurs d'Europe...


Site web du groupe Vert/ALE : www.greens-efa.org



L'Europe vue de l'Hémicycle

La marche turque
ELARGISSEMENT

Sur la route de l'Europe, la Turquie a déjà reçu un triple feu vert : après l'accord de la Commission le 6 octobre, est venu celui - très clair - du Parlement le 15 décembre, puis du Conseil, le 17 décembre. Mais Ankara est en "liberté conditionnelle". Car si "la Turquie satisfait suffisamment aux critères politiques" l'ouverture de négociations au 3 octobre 2005 est assortie de nombreuses conditions car "l'irréversibilité du processus de réforme devra être confirmée sur une longue période". Le moindre écart sur le chemin vers la pleine démocratie équivaudrait à la fin du processus.

Car c'est bien en matière de droits fondamentaux et d'État de droit que la Turquie ne correspond pas aux standards européens : la torture, les droits de la femme, ceux des syndicats et des minorités, les rapports entre civil et militaire posent toujours de graves problèmes. Pourtant, Joost Lagendijk, le Vert néerlandais qui préside la "délicate" délégation interparlementaire Union/Turquie, souligne que "c'est bien la perspective européenne qui a poussé Ankara à des avancées impensables il y a peu : abolition de la peine de mort, reconnaissance culturelle Kurde, réduction du poids institutionnel de l'armée, refonte du code civil…"

Les autres "paramètres", eux ne semblent pas insurmontables : sur le plan géographique, la plus grande part du territoire turc est située en Asie, mais l'Union à travers Chypre ou …la Guyane, a déjà débordé, sans état d'âme, du territoire européen. Côté Histoire, la civilisation ottomane a des racines doubles, orientales certes, mais également occidentales, et, depuis toujours, ses élites (universitaires, industrielles, militaires, sportives…) façonnent l'Europe et ont été façonnées par elle. En termes d'économie, la Turquie ne remplit pas les critères, mais elle s'en rapproche à marche forcée. Par ailleurs, le processus de négociation va obliger la Turquie à reconnaître Chypre (dont elle occupe pourtant la partie nord), et, peut être, à faire évoluer ses relations avec l'Arménie (dont elle nie toujours le génocide de 1915).

Malheureusement, oubliant que l'Union compte déjà 20 millions de citoyens musulmans, la "question turque" est parasitée dans bien des pays - dont la France - par des débats nauséeux où la xénophobie n'ose pas dire son nom. On se sert aussi de la Turquie pour polluer le, déjà complexe, débat constitutionnel, où, tour à tour, certains europhiles et europhobes redoutent, ou espèrent, dans ce nouvel élargissement la dilution fatale de l'idéal européen.

Pour Dany Cohn-Bendit qui présidait l'important colloque que le groupe parlementaire Vert a tenu sur ce thème, à Istanbul, en octobre, "L'Europe, qui, par le "Miracle du Rhin" a réconcilié la France et l'Allemagne, par le "Miracle de l'Oder" a effacé la guerre froide", doit tenter, par l'adhésion de la Turquie - même au prix de mille précautions et de 15 ans d'attente - le "Miracle du Bosphore", en réconciliant Orient et Occident."

Car pour ne pas tomber dans le piège morbide du "Choc des civilisations" - cher à M. Bush depuis un certain 11 septembre - l'Europe n'a d'autre choix que de lancer un pont politique apaisé, en donnant une vraie chance à une république laïque, adossée à un islam modéré, de venir l'enrichir de sa différence…


Dany : dcohnbendit@europarl.eu.int
Joost :
jlagendijk@europarl.eu.int



L'Europe vue de l'Hémicycle

Sous haute surveillance
COMMISSION

Les chiffres sont trompeurs. Jose Manuel Barroso Durao a été confortablement élu en juillet dernier par le Parlement européen, pour remplacer Romano Prodi à la présidence de la Commission européenne. Pourtant, le premier Ministre portugais n'était qu'un candidat de 3ème choix, dès lors que le Conseil européen avait renoncé à convaincre le consensuel luxembourgeois Juncker d'accepter le poste, et que les britanniques avaient barré la route à l'europhile belge Verhofstadt. Pour les Verts, rien dans le parcours de Barroso ne pouvait leur inspirer confiance : ce maoïste devenu libéral forcené, avait été le chantre de Bush en organisant, aux Acores, le sommet pro-guerre du Golfe. Le nouveau Président allait cependant vite perdre de sa superbe. Le 27 octobre dernier, ce fut un incroyable coup de tonnerre dans le ciel européen. Après une fronde, où les Verts furent aux avant-postes, Barroso devait piteusement renoncer à demander l'investiture de sa commission. Il faut dire que la coupe débordait : commissaires jugés incompétents lors de leurs auditions parlementaires (la lettone Udre à la fiscalité, le hongrois Kovacs à l'énergie, le grec Dimas à l'environnement), ou suspects de "conflits d'intérêts" (la danoise Fischer-Boel à l'agriculture, la néerlandaise Kroes à la concurrence) ou, pire, aux déclarations contraires aux valeurs de l'Union (l'italien Buttiglione et ses propos sexistes et homophobes). La procédure absurde - qui fait que chaque pays ne propose qu'un seul nom de commissaire - est aussi en cause, car elle pas simplifié la tâche du marmiton Barroso, qui, s'il n'avait pas su composer une sauce mangeable, n'était cependant pas responsable du choix des ingrédients…

Le 18 novembre, c'est une Commission remaniée qui a fini par avoir l'investiture de l'assemblée. Sur le plan technique, pour Monica Frassoni coprésidente du groupe Vert/ALE, le compte n'y est toujours pas : "Certes, exit Buttiglione et Udre, tandis que Kovacs a été "muté" à la fiscalité. Mais, pour le reste, de graves problèmes perdurent : Mme Kroes devra-t-elle, s'auto-dessaisir sur les 2/3 de ses dossiers, vu qu'elle siégeait, hier encore, dans les conseils d'administration de la plupart des multinationales dont elle devra arbitrer la concurrence ?

M. Frattini, homme de confiance Berlusconi, est-il la personne la plus qualifiée pour s'occuper de la …justice ?" L'évaluation politique de la Commission, a été sanctionnée par les Verts/ALE - à l'unanimité - par un vote de défiance. Dominée par les libéraux aux postes clefs, elle préfigure en effet un choc frontal avec les thèses du Développement durable. Quant à la majorité du groupe socialiste qui a soutenu une telle Commission, elle devra assumer, durant 5 ans, les décisions politiques qui iront dans le sens de la casse sociale. Nous saurons le rappeler…

Il demeure que jamais auparavant le Parlement n'avait osé défier, à ce point, au nom des citoyens, la Commission et les gouvernements. Depuis, une ambiance nouvelle règne dans un hémicycle surpris de se découvrir puissant. Le débat constitutionnel en cours en est soudain différemment éclairé, car ce n'est pas en vain que l'on donnera, désormais, du pouvoir à cette assemblée. Quand à la commission Barosso, sous haute surveillance, elle a, peut-être, déjà mangé son pain blanc…


Monica : mfrassoni@europarl.eu.int



L'Europe vue de l'Hémicycle

Les principaux textes adoptés
par le Parlement européen
septembre, octobre, novembre décembre 2004

Institutions, Sécurité, Justice : Investiture de la Commission - Futur de l'espace de liberté, de sécurité et de justice - Munitions à fragmentation - Vente et exportation d'armes - Agence européenne pour la reconstruction de l'Irak - Programme ARGO (coopération aux frontières extérieures) - Visas, asile et immigration - Progrès vers l'adhésion de la Turquie, la Bulgarie, et la Roumanie - Passeports des citoyens de l'Union - Protection civile européenne.

International, Droits de l'Être Humain : Mandat du TPI sur l'ex-Yougoslavie - Situation en Ukraine, au Belarus, en Irak, au Soudan, en Voïvodine, aux Maldives, en Géorgie, en Iran, à Guantanamo, en Colombie, en Bosnie, en Afrique du Sud, à Cuba, en Côte d'Ivoire, au Tibet, en Erythrée, au Zimbabwe, au Congo, et à Bhopal - Sommet Union / Asie - Relations Union / Inde - Procédure d'asile européen - Droits humains dans les pays tiers.

Coopération, Développement, Élargissement : Accords de coopération avec l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Moldavie, la Russie, l'Ukraine, l'Ouzbékistan, le Mexique, le Chili, Saint Marin, la Macédoine, l'Egypte, la Jordanie, Monaco, et le Sri Lanka - Aide aux populations déracinées en Amérique latine et en Asie - Aides à la Bosnie et la Serbie-Monténégro.

Environnement, Protection animale : Convention CITES - Substances dangereuses dans le milieu aquatique - Sonars navals - Emballages et déchets d'emballages - Changements climatiques - Résidus de pesticides dans l'alimentation - Protection des récifs coralliens en Atlantique.

Transport, Énergie, Industrie, Recherche : Aviation civile internationale.

Agriculture, Pêche : Accords de pêche entre l'Union et l'Île Maurice, Madagascar et le Cap-vert - Mesures agricoles de pré adhésion pour la Bulgarie et la Roumanie - Promotion des produits agricoles - Développement rural.

Social, Santé, Services publics, Consommation : ESB et alimentation animale - Stratégie anti-drogue - Journée mondiale du Sida.

Économie, Concurrence, Budget : Budget rectificatif 2004 - Création d'une Commission sur les perspectives Financières 2007/2013 - Rapport 2003 de la Banque Centrale Européenne - Budget 2005 de l'Union.

Culture, Éducation, Jeunesse, sport, Médias : Europass (cadre unique des qualifications) - Utilisation sûre d'Internet.



L'Europe vue de l'Hémicycle





ALE ?
Les cinq nouveaux députés "régionalistes" ont prolongé l'accord fécond qui liait l'ALE (Alliance Libre Européenne) aux Verts. L'ALE est la fédération qui regroupe les mouvements politiques régionalistes / autonomistes / nationalistes qui, en Europe, prônent la démocratie, la non violence, le progressisme, le respect de la diversité culturelle et la protection de l'environnement. La branche "hexagonale" de l'ALE s'appelle "Régions et Peuples Solidaires".

 À l'affiche
Le groupe Vert/ALE est coprésidé par Dany Cohn Bendit et Monica Frassoni. Ian Hudghton, député écossais ALE, en est le 1er Vice-président. Grâce à sa taille, le groupe a obtenu nombre de responsabilités dans l'hémicycle : Hélène Flautre préside ainsi la Sous Commission des Droits Humains, Johannes Voggenhubber est le 1er Vice-président de la Commission des Affaires Constitutionnelles, tandis que Gérard Onesta a été reconduit à la vice-présidence du Parlement. Quatre délégations interparlementaires très "sensibles" sont également présidées par des Verts : Joost Lagendijk pour les relations avec la Turquie, Alain Lipietz pour celles avec la Communauté andine, Angelika Beer pour l'Iran, et Marianne Isler pour le Sud Caucase.

Comment contacter un(e) eurodéputé(e) ?
Grâce à internet, rien de plus simple, même s'il faut un peu de patience pour la réponse, un(e) élu(e) européen(ne) recevant des centaines de mails par jour ! L'adresse électronique est toujours composée de la première lettre du prénom suivie (sans espace, ni tiret) de toutes les lettres du nom. Vient ensuite le signe @ et enfin la mention : europarl.eu.int
Exemple : mail de Dany Cohn Bendit est :
dcohnbendit@europarl.eu.int


Parlez-vous "européen" ?
EUROJARGON

"Je sors d'AFCO où j'ai négocié avec le PPE le report du voyage aux ACP. Là, je file au panel STOA, car la GUE veut y expertiser un texte de IMCO…" Si le sens profond de cette phrase vous échappe, jetez un coup d'œil au glossaire des abréviations couramment utilisées dans les couloirs européens pour désigner les divers organes du Parlement : Bon décryptage !

Les commissions parlementaires
BUDG : Commission des budgets
CONT : Commission du contrôle budgétaire
ECON : Commission des affaires économiques et monétaires
EMPL : Commission de l'emploi et des affaires sociales
ENVI : Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire
ITRE : Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie
IMCO : Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs
TRAN : Commission des transports et du tourisme
REGI : Commission du développement régional
AGRI : Commission de l'agriculture
PECH : Commission de la pêche
CULT : Commission de la culture et de l'éducation
JURI : Commission des affaires juridiques
LIBE : Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures
AFCO : Commission des affaires constitutionnelles
FEMM : Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres
PETI : Commission des pétitions
AFET : Commission des affaires étrangères
DROI : Sous-commission droits Humains
SEDE : Sous-commission sécurité et défense
DEVE : Commission du développement
INTA : Commission du commerce international

Délégations interparlementaires
(seules certaines ont droit à des abréviations)
JPC : Joint Parliamentary Committees
PCC : Parliamentary Cooperation Committees
EEA : Espace Économique Européen
FYROM : Former Yougoslavian Republic Of Macedonia
SAARC : South Asia Association for Regional Cooperation
ASEAN : Association of Southeast Asian Nations
ACP : Afrique Caraïbes Pacifique.

Groupes politiques
PPE/DE : Parti Populaire Européen / Démocrates européens
PSE : Parti Socialiste Européen
ALDE : Alliance des Libéraux et Démocrates Européen
GV ALE : Groupe Vert - Alliance Libre Européenne
GUE-NGL : Gauche Unitaire Européenne / Nordic Green Left
IND/DEM : Indépendance/Démocratie
UEN : Union pour l'Europe des Nations
NI : Non inscrits

Pays
AT
: Autriche
BE : Belgique
CS : République Tchèque
CY : Chypre
DA : Danemark
DE : Allemagne
EL : Grèce
UK : Royaume-Uni
ES : Espagne
ET : Estonie
FI : Finlande
FR : France
HU : Hongrie
IE : Irlande
IT : Italie
LV : Lettonie
LT : Lituanie
LU : Luxembourg
MT : Malte
NL : Pays-Bas
PL : Pologne
PT : Portugal
SK : Slovaquie
SL : Slovénie
SV : Suède.

Autres sigles
STOA : Scientific Technology Option Assessment (Évaluation des choix technologiques et scientifiques)
CODE : Comité de conciliation (entre Conseil et Parlement)
FINP : Commission temporaire sur les défis politiques et les moyens budgétaires de l'Union élargie 2007-2013

Qui fait quoi parmi les 42 ?

Le groupe Vert/ALE compte 42 membres issus de 13 états : 35 écologistes (V) 5 régionalistes (ALE) et 2 indépendants néerlandais élus sur une programme prônant la transparence dans les institutions européennes (T). Chaque député(e) siège dans plusieurs commissions et délégations interparlementaires. Voici la nouvelle équipe (CV complets sur internet : www.greens-efa.org) :

Marie-Hélène AUBERT V FR AGRI PECH REGI ACP Turquie
Margrete AUKEN V DA TRAN ENVI Palestine Israël
Angelika BEER V DE AFET SEDE Iran OTAN FYROM
Jean-Luc BENNAHMIAS V FR EMPL PETI CULT Afrique du Sud Canada
Hiltrud BREYER V DE ENVI FEMM JURI Japon
Kathalijne BUITENWEG V NL LIBE BUDG USA Chine
Daniel COHN-BENDIT V DE AFCO ECON AFET SEDE Euromed Turquie OTAN Afrique du Sud
Michael CRAMER V DE TRAN CULT Australie Nouvelle Zélande
Elly DE GROEN T NL LIBE PETI Bulgarie Balkans
Jillian EVANS ALE UK ENVI DEVE FEMM Palestine Golfe persique
Hélène FLAUTRE V FR DROI AFET TRAN Maghreb Euromed
Monica FRASSONI V IT JURI AFCO ITRE Mercosur Iran Euromed
Friedrich Wilhelm GRAEFE zu BARINGDORF V DE AGRI BUDG Amérique Centrale ACP Chili
David HAMMERSTEIN MINTZ V ES ITRE PETI AGRI Israël Euromed Palestine
Rebecca HARMS V DE ENVI ITRE Ukraine Russie
Satu HASSI V FI ENVI ITRE ECON FEMM Asie Centrale Russie
Milan HORÁCEK V DE DEVE DROI AGRI AFET Croatie Bulgarie Ukraine
Ian HUDGHTON ALE UK PECH ECON IMCO Canada Australie Nouvelle Zélande
Marie-Anne ISLER-BÉGUIN V FR ENVI AFET Sud Caucase ACP
Bernat JOAN I MARÍ ALE ES CULT DEVE Maghreb ACP
Pierre JONCKHEER V BE IMCO INTA DROI ACP
Gisela KALLENBACH V DE REGI IMCO Corée Balkans
Sepp KUSSTATSCHER V IT EMPL TRAN FYROM ACP
Joost LAGENDIJK V NL AFET SEDE TRAN Turquie Golfe persique
Jean LAMBERT V UK EMPL LIBE DROI SAARC Japon
Eva LICHTENBERGER V AT TRAN JURI Mexique Chine
Alain LIPIETZ V FR INTA JURI ECON Communauté andine Mercosur
Caroline LUCAS V UK INTA ENVI Palestine Israël
Cem ÖZDEMIR V DE AFET LIBE Turquie Euromed
Gérard ONESTA V FR BUDG AFCO Corée SAARC
Raül ROMEVA i RUEDA V ES AFET FEMM SEDE DROI Amérique Centrale Chili Euromed
Heide RÜHLE V DE IMCO CONT Roumanie Croatie
Carl SCHLYTER V SV ENVI PECH CONT ACP ASEAN
Frithjof SCHMIDT V DE DEVE INTA ASEAN ACP
Elisabeth SCHROEDTER V DE REGI EMPL Belarus Moldavie
Alyn Edward SMITH ALE UK REGI ITRE EEE
Bart STAES V BE CONT ENVI Russie Asie Centrale
Helga TRÜEPEL V DE CULT BUDG PECH Chine
Claude TURMES V LU ITRE EMPL ENVI Chine USA
Paul VAN BUITENEN T NL CONT PETI EEE
Johannæes VOGGENHUBER V AT AFCO LIBE Israël Palestine
Tatjana ZDANOKA ALE LT LIBE AFET DROI Russie Sud Caucase



L'Europe vue de l'Hémicycle

Vrac d'Europe
BREVES

Euro-milliards
Pour 2005, la somme semble rondelette : 117 milliards euros ! Pourtant, ce premier budget de l'Union élargie ne plafonne qu'à 1 % du PIB des 25 États membres, ce qui rabote sacrément les ambitions européennes. Une fois pourvus les grands postes - agriculture 43 %, fonds structurels : 36 % - l'utilisation du reliquat tourne au saupoudrage. Helga Trüpel, eurodéputée verte allemande, a donc plaidé pour des dépenses où la "plus-value européenne" fait sens : coopération sur l'emploi, le développement durable, asile et migration… Parmi les victoires du Parlement, on notera que les aides pour la reconstruction de l'Irak ne viendront pas en déduction de l'aide humanitaire de l'Union et des autres programmes pour les pays tiers, et que le Conseil assumera pleinement le financement des agences spécialisées dont le nombre explose (23 en 200 5, contre 7 en 2000). Gérard Onesta, rapporteur pour le budget institutionnel, a décroché une belle augmentation en faveur de la politique d'information des eurocitoyens : alors que Conseil et Commission avaient décidé de diviser ces crédits-là par 3, Gérard, martelant que 2005 - débat constitutionnel oblige - allait être une année clef, a obtenu qu'ils soient finalement …multipliés par 6 !

Helga :
htrupel@europarl.eu.int
Gérard : gonesta@europarl.eu.int

L'offense faite à Poutine
Même si la plupart des gouvernements ont déroulé le tapis rouge devant Vladimir Poutine et le cynisme de ses méthodes, le Parlement européen n'est toujours pas en phase avec le Kremlin. Certes, la Russie semble actuellement "sous contrôle" (média aux ordres, milieux socio-économiques muselés…), mais aux marches de l'empire post-soviétique, la démocratie tente de relever la tête. Les débats autour du prix Sakharov - par lequell'europarlement récompense annuellement la lutte pour les droits fondamentaux - montrent bien que Poutine est dans son collimateur. Le groupe Vert soutenait la candidature d'une militante non-violente russo-tchétchène du Centre "Mémorial" de Grozny, en signe de réconciliation entre des peuples soumis à la brutalité russe et ses violentes répliques. Au final, c'est au travers de l'attribution du prix à l'Association des journalistes de Bélarus qui dénonce la dictature de son vassal Loukachenko, que Poutine a été épinglé. Quant à l'Ukraine, pour soutenir, face aux grossières manipulations de Moscou, le démocrate Viktor Ioutchtchenko, leader de la révolution populaire "orange", les eurodéputés ont arboré durant leur session de décembre des écharpes de la même couleur…

Du côté obscur de la Force
Ces dernières années, dans l'hémicycle européen, se disait - diplomatiquement - que l'Europe avait un "problème" avec l'administration Bush. C'est vrai que l'Union était en désaccord avec bien des politiques américaines, mais on se rassurait en espérant que Mister "W" ne soit pas vraiment représentatif de son peuple, vu qu'il était un Président - minoritaire - mal élu Depuis le 2 novembre dernier, l'Union doit bien reconnaître qu'elle a toujours un "problème", mais désormais avec une majorité de l'Amérique profonde. Car le modèle Bush a été plébiscité, faisant d"un personnage médiocre - mais au budget de campagne colossal - le Président ayant recueilli le plus de suffrages de toute l'Histoire des USA !. Unilatéralisme guerrier, théocratie assumée, négation du droit international, rejet des accords de Kyoto sur la protection du climat, ode à la peine de mort, non limitation des armes, pillage et pollution éhontés de la biosphère… le modèle américain ne voit plus aucune limite à sa prédation. À moins qu'un modèle européen, social, basé sur l'état de droit, le développement durable et le respect des différences, ne daigne enfin, un jour, accoucher de lui-même…

Le fair-play est-il hors-jeu ?
À quoi servent les règles, si l’idéal sportif est cassé dans l'ombre des officines médicales ? Le 14 octobre 2004, en plénière, la Commissaire chargée de l'éducation, annonçait une "vraie" lutte contre le dopage. Mais, en matière sportive, les compétences juridiques de l’Union sont limitées à sa participation administrative dans l’Agence Mondiale Antidopage, quant à son budget de 5 millions d’euros pour ce dossier, il est à comparer aux 2 milliards d’euros annuels que rapporte la vente des produits dopants ! L'eurodéputé Vert, Jean-Luc Bennahmias a stigmatisé l’hypocrisie des compétitions TV-Business, replaçant le sport comme une activité sociale essentielle, à but éducatif, sanitaire et éthique. Pour Jean-Luc, pas de progrès possibles sans "médicalisation du suivi des athlètes à l’échelle mondiale". Sans oublier que le dopage s’étend peu à peu à la catégorie amateur : 6 % du public des salles de sports européennes utiliserait des produits interdits, mais en vente libre sur Internet…
Jean-Luc : jlbennahmias@europarl.eu.int

Ils sont beaux mes canons, ils sont beaux !
En 1998 l'Union s'est doté d'un code de conduite pour tenter de "moraliser" (!) le commerce des armes, et depuis, chaque année, Conseil et Parlement en font l'évaluation. En novembre, c'est le Vert catalan Raül Romeva Rueda qui, en tant que rapporteur, a dû rappeler l'écart obscène entre les crédits minables versés aux pays les plus pauvres pour leur alphabétisation, et les dépenses considérables que ces même pays, souvent "instables", consacrent à l'achat d'armes. Raül a obtenu que la plénière exige un code plus transparent dans son application, et surtout juridiquement contraignant. Quant au critère du respect des droits de l'Homme par les pays acheteurs, il est toujours évoqué et jamais mis en oeuvre : Hélène Flautre - qui préside l'organe parlementaire en charge du sujet - n'a pas manqué de dénoncer le cynisme mercantile d'un Jacques Chirac (pour qui "l'embargo sur les armes est d'un autre temps") à l'heure où l'Europe - malgré le vote du Parlement - s'apprête à oublier "Tien An Men" en levant toute interdiction d'exportation d'armes vers la Chine...

Raül :
rromera@europarl.eu.int
Hélène :
hflautre@europarl.eu.int

Le grand blanc
Le sucre est, par bien des égards, un marqueur de nos sociétés. Il est, tour à tour, dévastateur pour le Nord de la planète quand il entraîne - par consommation massive - l'obésité des enfants d'aujourd'hui et les dégâts cardiovasculaires chez les adultes de demain, mais il pose aussi des problèmes - d'une tout autre nature - au Sud. L'eurodéputée Verte Marie Hélène Aubert, chargée tant des questions agricoles que de développement, a épinglé la réforme de l'organisation commune du marché du sucre, certes nécessaire, mais très mal engagée par la Commission. Selon Marie Hélène, "plutôt que de casser les cours et de ruiner le tiers-monde à force de subventions à l'exportation, l'Union doit impérativement réguler l'offre par une protection des marchés au travers de normes sociales et environnementales". La réduction de la production, couplée à des prix rémunérateurs, empêcherait les industries sucrières de mettre la main à vil prix sur les petits producteurs de canne (notamment au Brésil), tout en limitant l'absurde saturation en sucre des produits alimentaires. Pensez à tout ça en buvant votre prochain café…
Marie Hélène : mhaubert@europarl.eu.int

Forte fièvre
Jamais convention internationale ne fut si malmenée. Douze ans après les accords de Rio sur le changement climatique, les Verts ont martelé que "la réunion onusienne sur ce dossier en décembre 2004 à Buenos Aires a montré tant l'ampleur de la catastrophe annoncée, que le peu d'entrain des états pour y faire face". Même l'Europe, dont l'opiniâtreté va pourtant permettre l'entrée en vigueur - le 16 février 2005 dans 128 pays - du protocole Kyoto (réduction de 5 % des gaz à effet de serre d'ici 2012), n'a guère parlé de façon coordonnée. Alors que tous les experts exigent 50 % de rejets gazeux en moins d'ici 2050 pour limiter à 2 degrés l'élévation de température en 2100 (ce qui "banaliserait" déjà la canicule de 2003 !), certains états de l'Union avancent le chiffre de 15 %… Pour limiter fonte des glaces, inondations, sécheresses et typhons, l'objectif, selon les Verts, est donc bien de "décupler Kyoto". Mais l'actuelle conjoncture "aisée" (fin des industries polluantes de l'ex-bloc soviétique, échanges de quotas d'émission, reforestation pour piéger le carbone) va se briser sur le refus des pays émergeants de limiter leur développement galopant, face à "l'incurie climatique" des pays riches…
Groupe Vert/ALE : www.greens-efa.org/fr

Loin des yeux de l'Occident
Le mot "camp" n'est neutre dans le vocabulaire européen. Il renvoie aux moments les plus atroces de notre Histoire commune. On comprend dès lors l'émotion d'Hélène Flautre, chargée de présider la sous-commission des Droits Humains, depuis que le Conseil envisage de "régler" (?) les problèmes d'asile et d'immigration par l'ouverture de camps "d'accueil" aux abords de l'Union, mais en dehors de ses frontières. Selon Hélène, à l'heure où l'Europe s'apprête à gérer ce dossier à la majorité qualifiée : "on ne peut délocaliser nos responsabilités !". Hélène, relayant en plénière des centaines d'ONG, a rappelé que "l'Union ne peut pas non plus répondre aux dramatiques naufrages de bateaux d'immigrants par des expulsions collectives, illégales car sans possibilité de recours". Pour les Verts, la gestion apaisée des flux migratoires passe par la refonte de la coopération Nord/Sud : annulation de la dette, aide sanitaires et sociales massives, transferts de technologie, paiement au vrai prix des matières premières, soutiens à la démocratie... Car comment imaginer viable - et digne - une bulle européenne de prospérité (relative) ceinturée par un no man's land devant filtrer la misère du monde ?
Hélène : hflautre@europarl.eu.int

Le Vice est encouragé
La vice-présidence de l'europarlement est attribuée par sa plénière, à bulletin secret. Les candidats recueillent ainsi un nombre de suffrages approximativement égal au nombre de sièges du groupe parlementaire dont ils sont issus. Gérard Onesta a vu son assiduité et son engagement pour les réformes de l'assemblée - et peut être aussi l'impartialité et la "tonicité" de ses présidences de séance - récompensés par une belle marque de confiance de la part de ses collègues : ceux-ci lui ont en effet accordé quatre fois plus (!) de voix qu'attendu… Le Président du parlement a prolongé cette confortable réélection (la 3ème consécutive à ce poste) en attribuant au Vice Président Vert/ALE une copieuse liste de "portefeuilles" : en plus de ses devoirs protocolaires (rencontres avec chefs d'états, ambassadeurs…) Gérard a ainsi la haute main pour élargir sa politique d'ouverture des hémicycles à des opérations citoyennes, pour faire aboutir le statut des assistants, pour co-diriger la politique de communication du Parlement, mais aussi pour gérer le million de m2 de bâtiments - actuels et en construction - appartenant à l'institution. Il est vrai que Gérard est le seul diplômé d'architecture de l'hémicycle...
Gérard : gonesta@europarl.eu.int



L'Europe vue du
Pays Basque

Alors ? ça baigne ?
ENVIRONNEMENT

Vous baigneriez-vous de bon cœur, si l'eau de votre bain datait …de l'année dernière ? C'est pourtant sur la base des seules analyses de l'année précédente que la directive européenne sur les eaux de baignade donne actuellement des informations au public !

Il est vrai que cette législation date de 1976, et qu'elle a eu du mal à entrer en pratique : en 1995, seuls 30 % des sites respectaient ses critères de qualité - pourtant minimaux - et il a fallu attendre l'an 2000 pour que ce chiffre monte à 90 %. Cette directive est heureusement en réécriture, et l'europarlement s'est déjà prononcé pour que les résultats des analyses soient enfin communiqués en temps réel.

Une délégation de "Surfrider Foundation" - association basque bien connue pour son formidable travail de sauvegarde des eaux côtières - est venue à Strasbourg, avec des propositions plus ambitieuses encore. Reçu par Marianne Isler Béguin et Gérard Onesta, Surfrider a pu relayer ses thèses en demandant d'abord - contre l'avis de la France - que le texte couvre toute personne en contact avec l'eau, douteuse ou non, salée ou douce : baigneur, certes, mais aussi, kayakiste, surfer, véliplanchistes… Les autres propositions de Surfrider doivent, selon Marianne qui siège à la Commission environnement, impérativement alimenter, début 2005, les débats de la seconde lecture du texte. Il s'agira alors d'obtenir, dans les trois ans, une étude épidémiologique européenne pour pouvoir fonder scientifiquement les valeurs seuils à ne pas dépasser, mais aussi des prélèvements d'échantillons plus fréquents (10 fois par saison au lieu de 4) et ce, tout au long de l'année, afin d'éviter que des communes ne soient tentées de débrancher leur système d'épuration dès que les touristes sont partis…On devra prendre en compte la présence de déchets flottants - même inertes - dans les paramètres d'insalubrité, et se battre pour une réhabilitation obligatoire des sites pollués alors que la directive actuelle se contente de "déclasser" définitivement un site après 5 années de qualité insuffisante, ce qui revient à en faire une vraie "zone de pollution légale"…

Connue - et redoutée par les élus laxistes - pour décerner les "Pavillons noirs" (recensement des zones nautiques polluées, en opposition aux "Pavillons Bleus", label gouvernemental de qualité) Surfrider Foundation a inspiré aux eurodéputés un système de codification global, obligatoire et évolutif, sous forme de "smileys". Ces symboles, plus ou moins souriants, indiqueront sur place et dans les médias (presse, télé, internet…) la qualité des eaux de baignade (excellente, bonne ou mauvaise). En cas de pollution récurrente, une telle "publicité" est bien plus efficace qu'une amende : le préjudice en termes de perte de fréquentation touristique, pour les seules communes françaises ainsi déclassées, a été estimé à près de 2 milliards d'euros par an !


Marie Anne : maisler@europarl.eu.int

Surfrider Foundation Europe : 120, avenue de Verdun, 64200 Biarritz
Tél : 05 59 23 54 99
Fax : 05 59 41 11 04

ARTICLE BASQUE

Europa Euskal Herritik ikusia

Beraz, mainatzen ahal girea ?


Maina zintazke, jazko ura balire ? Alta urte bat aintzinagoko azterketa bakarrak baliatzen ditu Europako barne araudiak, publikoari argitasunak helarazteko mainatzeko uren gainean.


Egia da 1976ko araudia dela eta zailtasunekin indarrean sartu dela : 1995an, bakarrik % 30eko guneek zuten kalitatezko irizpideak betetzen – alta zinez apala dira – Igurikatu izan behar da 2000ko urtea %90rat heltzeko. Barne araudi hau berriz idazten ari da eta Europako Legebiltzarra jadanik erabaki du azterketen emaitzak oraikoak izan daitezela, publikoki agertzen direlarik.


Kostaldeko uren zaintzeko lan izigarriarentzat ongi ezagutua den « Surfrider Foundation » euskal elkarteko ordezkari batzu Estrasburgen etorri dira oraindik proposamen aintzinakorren plazaratzeko. Marianne Isler Beguin-ek eta Gérard Onesta-k errezebiturik, Surfrider-koek bere ikusmoldea helarazi dute lehenik galdeginez – Frantziaren abisuaren aurka – testu berriak zain dezan ura unkitzen duten edozoin jendek, ura dudakorra edo ez, gatzatua edo ez ; jende horietan : mainatzaileak, bixtan dena, baina ere, kayakistak, surflariak, belaplanxistak... Ingurumen batzordean parte hartzen duen Marianne-n arabera, Surfrider-en beste proposamenak sartu behar dute testuaren bigarren irakurketaren eztabaidetan, 2005eko hastapenean. Lortu beharko da orduan, hiru urteren barne, azterketa epidemiologiko europarra egitea, jakiteko nola oinarritu zientifikoki, gainditu behar ez diren heineak, bainan ere ur zatien aldizkan kentzea eta aztertzea (denboraldi bakotxean 10 aldiz eta ez 4 orain bezala), urte osoan zehar, herriek ez dezatela nahikeria ukan beren ondakinen tratatzeko sistema kentzea udatiarrak berehala joan eta... Urgainean ibiltzen diren ondakinen hor izaitea – mugitzen ez badira ere – kontutan hartu beharko dira kutxaduraren irizpideetan, eta borrokatu behar gira kutxatu diren guneen berriz xuritzeko, oraiko barne araudiek gune bat betirako baztertzen dutelarik, 5 urtez kalitatea hein onetarat ez delarik heltzen. Beraz egiazko « legezko kutxadurako guneak » bilakatzen dira...


Ezagutua eta beldurtua funtsik gabeko hautetsien gandik, « marka beltza » banatzea gatik (kutxatua diren ur bazterreko guneen kondaketa, gobernuko « marka urdin » kalitatezko labelaren kontran) Surfrider Foundation-ek eurolegebiltzarkideei gogorat ekarri die kodifikazioaren sistema orokorra, beharrezkoa eta mugigarria, « smileys » moldean. Ikur hauek, hein ezberdinetan iritsuak direnak, tokian berean eta komunikabideetan (prentsa, telebista, Internet...) erakutsiko dute mainatzeko uren kalitatea (biziki ona, ona ala txarra). Kutxadura erregularraren kasuetan, horrelako « iragarki bat » edozoin ixun baino eraginkorragoa izanen da : Baztertuak diren herri horietan, udatiarren joaitearen kaltea neurtua da gutti gora behera 2 miliar euroetan urteka.



L'Europe vue de l'Agenais





Un carburant "social"

Les huiles végétales pures (HVP), biocarburant liquide inscrit dans la directive européenne 2003/30/CE - tout comme l'éthanol et le diester - s'emploient en mélange ou en substitution au gazole. Les HVP proviennent d'oléagineux (tournesol, colza, etc.) et permettent donc, en outre, au travers des débris végétaux récupérés après trois manipulations simples (trituration, décantation, filtration), la production de compléments alimentaires animaliers riches en protéines. Maîtrisée par les producteurs eux-mêmes, cette filière artisanale à circuit court, apporte une plus-value directe à un milieu agricole socialement sinistré.

Les huiles de l'Institut
ENERGIE

En ces temps de dérèglement climatique, on parle beaucoup de "Bio carburants" pour limiter les rejets de gaz dans l'atmosphère. L'avantage clef de cette filière est la neutralité de ces émissions, puisque le carbone libéré à la combustion a d'abord été capté par la croissance des plantes, et qu'il y sera à nouveau piégé quand elle repous seront… Mais derrière le vocable "Bio", très vendeur, on trouve le pire et le meilleur. Le pire, c'est l'adjonction d'une (petite) part d'alcool végétal dans du diesel, créant un produit au mauvais coefficient énergétique (rapport entre l'énergie qu'il permet de produire et l'énergie nécessaire pour le produire). Ce modèle soutenu - on s'en doute - par les marchands de pétrole, a, hélas, la faveur des autorités européennes. Le meilleur, c'est la filière HVP (Huiles Végétales Pures), énergie peu polluante, renouvelable, et au coefficient énergétique flatteur…

C'est peu dire que cette alternative n'a pas été soutenue au plan institutionnel ! Un véritable acharnement - où l'on devine la main du lobby pétrolier - a frappé la société lot et garonnaise Valenergol, pionnière des HVP. Alors qu'on aurait pu s'attendre à des aides, le gouvernement français a traîné Valenergol en justice pour l'obliger à acquitter la TIPP (Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers) qui ne frappe pourtant que les produits …minéraux ! Pire, alors que les eurodéputés Verts on fait voter, en 2003, l'inscription de ces huiles dans la liste des biocarburants ouvrant ainsi la voie à des aides fiscales, le Conseil de l'Union, bloqué par la règle de l'unanimité, n'a pas donné suite à ce vote…

Mais face à la bêtise d'État, la résistance d'organise : "Il existe bien l'Institut Français du Pétrole, alors pourquoi pas un Institut Français des Huiles Végétales !" ironise Alain Juste, Président de ce nouvel organisme, créé il y a plus d'un an. Conscient des lourds enjeux, il ajoute : "nous avons voulu mettre en place un outil de gestion et de valorisation de la filière HVP, mais aussi sortir de la simple logique d'entreprise". Les objectifs de cet institut sont aussi clairs qu'ambitieux : développer l'usage des produits et co-produits HVP comme additif ou carburant, obtenir une fiscalité de soutien appropriée, orienter les motoristes vers le développement de véhicules plus propres fonctionnant avec ces huiles, supprimer les obstacles législatifs, administratifs et institutionnels. La plupart des scientifiques qui travaillent depuis des années sur les HVP sont désormais regroupés dans cet institut. "Nous avons voulu aussi donner une dimension européenne à notre action, souligne Alain, en créant, avec des partenaires européens, la "European Pure Plant Oil Association" (EPPOA) qui devrait bientôt avoir son siège social à Bruxelles, pour pouvoir faire entendre, sur place, aux décideurs européens, un autre message que celui des accros du pétrole…"


www.EPPOA.org, http://institut.hvp.free.fr



L'Europe vue de Catalogne

À langues déliées
CULTURE

Vingt. C'est le nombre de langues officielles du Parlement européen, qui se présente souvent comme une "Babel réussie". Vingt cabines d'interprétation, ça peut paraître beaucoup au regard d'autres institutions internationales qui n'en ont que six comme à l'ONU, ou deux comme au Conseil de l'Europe. Mais c'est peu par rapport à la réalité linguistique d'un continent qui se prétend à la pointe de la défense de la diversité. Sans compter que, comme le souligne Jordi Vera, Secrétaire Général du Bloc Catala, le choix de ces vingt langues privilégiées est discutable : "ce sont des langues d'état imposées par les gouvernements, elle favorisent par exemple les 400 000 locuteurs maltais, en niant l'existence de 9 millions de locuteurs catalans..."

Jusqu'alors purement banni de l'hémicycle - le micro de l'orateur était automatiquement coupé - l'emploi de langues dites "minoritaires" (!) a donné lieu à de savoureux incidents de séance plénière : ainsi, en septembre, persuadé que le député ALE des Baléares, Bernat Joan i Mari, allait "passer en force" et s'exprimer dans son catalan natal, le présidence de séance lui a coupé la parole en entendant que Bernat ne s'exprimait pas en espagnol. Hilarité générale dans l'hémicycle - et excuses confuses de la présidence - quand Bernat a fait remarquer qu'il venait de s'exprimer de façon "licite"...en parfait allemand !

Mais en octobre dernier, grâce à une décision défendue par Gérard Onesta au Bureau du Parlement, une petite révolution a cependant eu lieu : les langues non officielles sont désormais "tolérées". Un député peut ainsi s'exprimer dans le langage de son choix, mais sera prévenu par le Président de séance que ses paroles ne seront ni interprétées, ni reproduites au compte-rendu, même pas sous forme d'un texte traduit en langue officielle qu'aurait fourni le député. Pour être toutefois compris par ses collègues et voir ses propos repris, l'astuce, pour le député frondeur, consiste à diviser son temps de parole imparti en deux, et de traduire aussitôt oralement lui-même, dans une langue officielle, ses propres mots. C'est ainsi que pour la première fois en novembre, le gallois a longuement résonné dans l'hémicycle, par la voix de la députée ALE Jill Evans.

Devançant les futurs moyens de diffusion de ces compte rendus - qui vont bientôt être disponibles non plus sur papier, mais sur DVD, et un jour "on line" sur internet - Gérard a fait acter par le Bureau que les pistes de son "non officielles" ne seront pas effacées. Bientôt donc, des millions de citoyens européens pourront voir et entendre la Loi européenne directement élaborée au travers de leur propre culture...

Pour Jordi Vera, ces avancées sont bonnes à prendre, mais il fait remarquer "qu'elles n'ont pas l'ambition de la proposition du premier Ministre espagnol - qui vient de demander au Conseil que le basque, le galicien et le catalan accèdent au rang de langues officielles de l'Union - son homologue irlandais faisant la même démarche pour le gaélique."


Jordi Vera,
Secrétaire général du Bloc Catala : 20 carrer de la fusteria, 66000 Perpinyà
Tél : +33 (0)4 68 35 34 54
Fax : +33 (0)5 68 35 30 54
info@bloc-catala.com,
www.bloc-catala.com

Bernat Joan i Mari : bjmari@europarl.eu.int

Jill Evans : jevans@europarl.eu.int

VERSION CATALANE

Europa vista des de Catalunya

Llengües lliures

Vint. Aquest és el nombre de llengües oficials del Parlament europeu, que se presenta sovint com una "Babel reeixida". Vint cabines d’interpretació, això pot semblar molt comparant amb altres institucions internacionals que sols en tenen sis com a l’ONU, o dos com al Consell d’Europa.
Tanmateix és poc en relació a la realitat lingüística d’un continent que es pretén a la punta de la defensa de la diversitat.
Sense comptar que, com ho subratlla Jordi Vera, Secretari General del Bloc Català, la tria d'aqueixes vint llengües privilegiades és discutible : "són llengües d’Estat imposades pels governs, afavoreixen per exemple els 400 000 locutors maltesos, negant l’existència de 9 milions de locutors catalans ... "

Fins llavors purament bandejat de l’hemicicle - el micro de l’orador era tallat automàticament – l’ús de llengües dites "minoritàries" (!) ha donat lloc a saborosos incidents de sessió plenària : així, al setembre, persuadit que el diputat ALE de les Balears, Bernat Joan i Marí, estava a punt de « forçar el pas » i expressar-se en el seu català natal, el president de sessió li ha tallat la paraula sentint que Bernat no s’expressava pas en espanyol. Hilaritat general en l’hemicicle - i excuses confuses de la presidència - quan Bernat ha fet observar que acabava d’expressar-se de manera "lícita"... en perfecte alemany !

Però a l'octubre darrer, gràcies a una decisió defensada per Gérard Onesta al Buró del Parlament, una petita revolució ha tingut lloc emperò : les llengües no oficials es " toleren" d'ara endavant.
Així un diputat pot expressar-se en el llenguatge de la seua elecció, però serà previngut pel President de sessió que les seues paraules no seran ni interpretades, ni reproduïdes al report, ni tan sols sota forma d’un text traduït en llengua oficial que hauria fornit el diputat.
Per mor d’ésser malgrat tot comprès pels seus col·legues i veure les seues paraules represes, l’astúcia, pel diputat rebel, consisteix en dividir en dos el seu temps de paraula impartit, i que tradueixi de seguida oralment ell mateix, en una llengua oficial, les seues pròpies paraules.
Així és com per primera vegada al novembre, el gal·lès ha ressonat llargament en l’hemicicle, amb la veu de la diputada ALE Jill Evans.

Avançant-se als futurs mitjans de difusió d'aquestes ressenyes - que aviat seran disponibles, no pas més en paper, sinó en DVD, i un dia en línia a internet - Gérard ha fet aixecar acta pel Buró que les pistes de veu « no oficials » no seran esborrades.
Aviat doncs, milions de ciutadans europeus podran veure i oir la Llei europea directament elaborada a través de llur pròpia cultura...

Per Jordi Vera, aquests avenços són positius, però fa observar "que no tenen l’ambició de la proposició del primer ministre espanyol - que acaba de demanar al Consell que el basc, el gallec i el català accedeixin al rang de llengües oficials de la Unió - el seu homòleg irlandès ha fet les mateixes gestions pel gaèlic. "



L'Europe vue du Larzac





Vous voilà prévenus !

Les 17 et 18 mars 2005, les 9 "prévenus" du "très médiatique" fauchage de Menville (juillet 2004), et leurs centaines de "coauteurs et complices" (sic), seront jugés par le Tribunal correctionnel de Toulouse. En première ligne de ce rendez vous qui fera date dans la Justice française, on trouve, aux cotés de José Bové, le fondateur de la Communauté de l'Arche, Jean Baptiste Libouban, les parlementaires Noël Mamère et Gérard Onesta, les conseillers municipaux toulousains, Pierre Labeyrie et François Simon, le conseiller régional d'Aquitaine Michel Daverat, le secrétaire national des Verts, Gilles Lemaire, et un vieil opposant à toute forme de totalitarisme, Jean Aimé Gravas. La présence massive de soutiens, sur place ce jour-là- comme lors de tous les autres procès visant des faucheurs volontaires - est indispensable pour montrer la détermination citoyenne !



Pour en savoir plus

"Pour la désobéissance civique"

de José Bové et
Gilles Luneau
Éd. "La Découverte"

Citoyenneté plein champ
AGRICULTURE

Certains milieux politico-business croyaient avoir imposé les OGM. C'était sans compter sur la révolte citoyenne, qui, d'abord cristallisée autour de l'action de la Confédération paysanne, a pris, en été 2004, une ampleur sans précédent par l'action des "Faucheurs volontaires". La désobéissance civique (re)devient une façon concrète de faire rimer idéal et politique. Interview d'un de ses principaux artisans : José Bové.

Pourquoi la désobéissance civique ?

C'est l'action ultime et légitime, quand tous les autres moyens ont été épuisés, pour faire entendre raison aux États et à l'Europe qui se laissent imposer des OGM par les multinationales. On ne peut assister sans rien faire au déni de démocratie que l'on subit en France : 2500 maires ont vu casser leurs arrêtés interdisant la culture d'OGM sur leur commune, la majorité des régions - 17 sur 22 - a exprimé, en vain, des vœux refusant ces organismes sur leur territoire, tandis que les sondages montrent que 70 % des Français sont opposés aux OGM... Malgré ça, les pouvoirs publics s'entêtent à ne respecter ni le monde rural, ni la santé de tous. Auparavant, les actions étaient menées par quelques organisations, mais avec les faucheurs volontaires on a changé à la fois d'échelle et de nature : c'est un mouvement de citoyens qui, au-delà de leurs parcours syndicaux, associatifs ou politiques, s'engagent dans une action collective tout en assumant leur responsabilité individuelle. Les élus y agissent avant tout en tant que citoyens, mais quand des députés nationaux ou européens viennent participer à ces actions, c'est aussi pour témoigner - en tant que législateurs - que la Démocratie ne fonctionne plus, puisque les votes de leurs assemblées, notamment du Parlement européen, ne sont pas respectés. Il était important de retisser aussi du lien entre les citoyens et leurs élus, pour redonner espoir en l'action politique, au-delà des calculs électoraux à court terme.

Jusqu'où peuvent aller ces actions ?

La désobéissance civique, pour garder sa force, se doit d'obtenir un résultat. Ici c'est de permettre aux citoyens d'avoir une agriculture de qualité, donc aux paysans de pouvoir protéger leurs champs contre les contaminations transgéniques. C'est aussi d'interdire toute privatisation des semences par les brevets déposés par les firmes transnationales. Pour atteindre cet objectif, il faut une protection qui passe, selon moi, par l'interdiction totale des OGM, dans la mesure où la cohabitation "étanche", sur un même territoire, entre agriculture traditionnelle et agriculture génétiquement modifiée me paraît impossible.

Comment vois-tu la décision du Tribunal de Toulouse du 8 novembre 2004 d'accepter de juger 224 faucheurs, et pas seulement 9 personnes, dont toi ?

C'est une grande victoire. Face à un Procureur qui avait pour ordre de poursuivre les "personnalités" espérant ainsi décapiter le mouvement, le Tribunal a admis qu'on ne pouvait pas prendre en otage quelques personnes, alors qu'il y avait plus d'un millier de faucheurs ouvertement proclamés. En ajoutant au dossier les noms de 224 "comparants volontaires", le Tribunal a donc acté, comme nous le revendiquions, à la fois la dimension collective de l'action, mais aussi que chacun est responsable à part égale dans cette action. C'est une première historique pour la désobéissance civique, car ça crée une jurisprudence qui pourrait empêcher désormais cette "ségrégation judiciaire". Précisons que la comparution volontaire reconnue par le Tribunal se fait en application de l'article 6 de la Convention européenne des Droits de l'Homme, qui dit que chacun a droit à une justice équitable : déformer les faits en tronquant la liste des acteurs, n'est évidemment pas équitable.

Comment la désobéissance civique anti-OGM s'exprime-t-elle dans d'autres pays européens ?

Il y a eu de nombreuses actions de fauchage en Belgique, en Italie, en Suisse... mais l'exemple le plus intéressant est celui de la Grande-Bretagne où les faucheurs ont été relaxés à plusieurs reprises par les tribunaux qui ont considéré plus important de défendre l'intérêt collectif de l'environnement que les intérêts individuels. Certaines législations nationales favorisent la propriété individuelle et l'intérêt des firmes, d'autres mettent en avant l'intérêt collectif et la défense de l'environnement pour tous. C'est d'ailleurs la base de l'article 8 de la Convention européenne des Droits de l'Homme qui a élargi son principe au droit à un environnement sain pour chaque être humain et sa famille.

Tu évoques souvent la dimension européenne de ton combat, pourtant tu as pris position contre le traité de constitutionnel européen. Pourquoi ?

L'Union Européenne est pieds et mains liés aux traités internationaux, notamment de l'OMC, qui définissent l'ensemble des règles que ce soit pour l'agriculture, les services, les investissements... Ce traité ne va pas à l'encontre de cette mécanique. Pour preuve, le blanc-seing laissé au Commissaire en charge du commerce pour négocier dans le cadre de la logique actuelle.... De plus, même s'il y a des améliorations dans le fonctionnement des institutions, il n'y a pas d'avancées réelles pour les citoyens. La seule chose qui existe c'est la fameuse "pétition d'un million de signatures" mais dont personne n'est obligé de tenir compte. Sans rapport de force, rien ne peut changer.

Pourtant, dans cette Constitution il y a des outils qui permettraient d'agir, notamment contre les OGM, puisque le Parlement européen pourrait enfin co-décider la politique agricole, au lieu d'en être réduit, comme actuellement, à simplement la commenter…

Je crois que sur la question de fond de l'agriculture, ce n'est pas ce texte-là qui permettra des changements d'autant plus que les principes productivistes restent inscrits dans sa troisième partie. Mais c'est vrai que les conditions pour créer une dynamique sociale et citoyenne au niveau européen seront difficiles à réunir. Ce que je ne trouve pas normal c'est que l'on fasse la confusion entre construction européenne et les 500 articles incompréhensibles de cette constitution européenne. Se dire opposé à ce traité c'est souvent se faire traiter d'anti-européen : ce n'est pas correct. On peut être pro-européen, fédéraliste, et ne pas accepter ce projet tel quel. C'est ensuite une question d'appréciation…

Si ce traité est rejeté, à quelle échéance penses-tu que l'on pourra avoir mieux ?

Je voudrais que dans le cadre de la campagne référendaire, il y ait une vraie réflexion sur des propositions alternatives. Pour redonner une cohérence à un projet, il ne faut pas rester sur un "non". On peut construire une Constitution qui définisse mieux les institutions, mais surtout qui intègre à la démocratie représentative l'aspiration citoyenne à la démocratie participative. Ça passe par une reconnaissance de la société civile européenne, car c'est aussi par là que l'Europe se crée. Dire non, c'est s'engager à participer à un processus collectif dynamique permettant de faire aboutir un nouveau texte. Mais, pour ça, il ne faut pas que le débat sur le traité constitutionnel s'enferme dans un débat politicien national. Car il y a un vrai fossé qui se creuse entre la classe politique et les citoyens, et ça m'inquiète beaucoup…

Propos recueillis par Guillaume Cros

Version Occitan

Les faucheurs volontaires : www.monde-solidaire.org


Euròpa vista del Larzac

Ciutadanetat de campal


D’unes mitans politico-afaristas se cresián d’aver impausat los OGM. Aquò’s èra sens comptar subre la revòlta ciutadana, d’en primièr cristalisada a l’entorn de l’accion de la Confederacion paisana, puèi espandida amb un ample sens precedent, a partir de l’estiu de 2004, per las accions dels « dalhaires volontaris ». La desobesissença cicila torna venir un biais concret de far ritmat ideal e politica. Entrevista de l’un de sos partidaris màgers : José Bové.


Perqué la desobesissença civila ?

La desobesissença civila aquò’s l’accion ultima e legitima, quand totes los autres mejans de lucha son estats agotats, per far ausir rason als Estats e a Euròpa que se daissan impausar d’OGM per la multinacionalas. Se pòt pas assistir sens res far al negati de democracia que subissem en França. 2500 conses se son vistes rompre lors arrestats enebissent la cultura d’OGM dins lor comuna. La majoritat de las regions (17 subre 22) an exprimit, de bada, d’unes vòts refusant aquestes organismes geneticament modificats subre lor terriròri. Mentretant, los sondatges mòstran que 70 % dels ciutadans sont opausats als OGM. Malgrat aquò, los poders publics s’atestardisson a respactar pas ni lo monde rural, nimai la santat publica. Aperabans, las accions èran butadas per qualques organisacions, mas ara, amb los dalhaires volontaris avèm a l’encòp cambiat d’escala e de natura. Es alavetz un moviment de ciutadans que, al-delà de lors percorregudas sindicalas, associativas o politicas, s’engatjan dins una accion collectiva tot assegurant lor responsabilitat individuala. Los elegits i òbran, emai tot, en tant que ciutadans. Mas quand d’unes deputats nacionals o europèus venon participir a n’aquestas accions, es tanben per testimoniar, en tant que legislators, del disfoncionament de la democracia. Son conscients que los vòtes de lors Amassadas, mai que mai del Parlament europèu, son pas respectats. Èra tanben caporal de tornar teisser los ligams entre los ciutadans e lors elegits. Aquò per tornar balhar esperança dins l’accion politica en defòra dels calculs electorals de temporada immediata.


Fins ont pòdon anar aquelas accions ?

La desobisissença civila, per servar la seu fòrça, se deu d’obtener una resulta. Aicí, aquò’s es de permetre als ciutadans d’aver una agricultura de qualitat, adoncas als paisans de poder protegir lors camps contra las contaminacion transgenicas. Es tanben d’enebir tota privatisacion dels semens per d’unes brevets despausats per de firmas transnacionalas. Per capitar aqueste objectiu, nos cal una proteccion que passa, segond çò que disi, per l’enebicion totala e sancèra dels OGM. Estant que la coabitacion « impermeabla » sus un meteis territòri entre agricultura tradicionala e agricultura geneticament modificada me pareis impossibla.


Cossí véser la decision del Tribunal de Tolosa del 8 de novembre de 2004 d’acceptar de jutjar 224 dalhaires, e non pas sonque 9 personas que ne fas partida ?

Es una victòria bèla. De cara a un procuror qu’aviá per òrdre de perseguir de « personalitats » en esperant atal descapitar lo moviment, lo Tribunal a admés que se podiá pas prene en ostatge qualques personas alara que i a mai d’un milhierat de dalhaires dobertament proclamats. En ajustant al dorsièr lo nom de 224 « compareissents volontaris », adoncas, lo Tribunal reconeguèt, coma o reivendicavèm, a l’encòp la dimencion collectiva de l’acion, mas atanben que cadun es responsable de part egala dins aquesta accion. Aquò’s una primièra istorica per la desobesissença civila. Aquela decision congrèa una jurisprudéncia que d’ara enlà poirà empachar tota « segregacion judiciara » entre « personalitats » e « simples ciutadans ». Precisèm que la comparucion volontària reconeguda pel Tribunal se fa de mercés a l’article 6 de la Convencion europèa dels Dreches umans que ditz que cadun a drech a una justícia equitabla : gobiar los faches en trocejant la tièra dels actors, aquò’s evidentament pas equitable.


Cossí la desobesissença civila anti-OGM s’exprimís dins los autres paises europèus ?

Nombrosas son las accions de dalhatge en Belgica, Itàlia, Soïssa, etc…Mas l’exemple lo mai interessent es lo de Granda-Bretanha ont los dailhares son estats relaxats a mantunas represas per la justícia qu’a conciderat mai caporal d’aparar l’interés collectiu de l’environament puslèu que los intereses individuals. D’unas legislacions nacionalas afavorisan la proprietat individuala e l’interés de las firmas, d’autras avançan puslèu l’interés collectiu e l’aparament de l’environament al servici de totes. Aquò’s d’alhors la basa de l’article 8 de la Convension europèa dels Dreches umans qu’alarguèt son principi al drech a un environament sanitós per cada Èsser uman e la seu familha.


Evòcas sovent la dimencion europèa de ton combat, pr’aquò as pres posicion contra lo Tractat constitucional europèu. Perqué ?

L’Union Europèa es ligada dels pès e de las mans pels tractats internacionals, mai que mai a l’OMC. Aquestes definisson l’ensems de la règlas qu’aquò siague tocant a l’agricultura, als servicis, als investiments, etc…Lo Tractat constitucional europèu va pas a l’encontre d’aquesta mecanica. Per pròva, la carta-blanca daissada al Comissari en carga del comerci per negociar dins l’encastre de la logica actuala. Ademai, emai se i a d’amelioracions dins lo foncionament de las institucions, i a pas d’avançadas realas pels ciutadans. La sola causa qu’existís aquò’s la famosa « peticion d’un milion de signaturas », mas dins l’estat, deguns es pas obligat de ne téner compte. Sens rapòrt de fòrça, res non pòt cambiar.


Pr’aquò dins aquesta Constitucion i a d’utisses que permeton d’agir, notablament contra los OGM, estant que lo Parlament europèu poirá enfin cò-decidir de la politica agricòla, allòc de n’èsser redusit coma actualament, a simplament la comentar.

Cresi que tocant a la question de fons per l’agricultura, es pas aqueste tèxte que permetrà d’unes cambiaments. D’ont mai que los principis productivistas demòran escriches dins la seu tresena partida. Mas es tanben vertat que las condicions per congrear una dimanica sociala e ciutadana al nivèl europèu seran malaisidas de recampar. Çò que trapi pas normal, aquò’s que se fague la confusion entre bastison europèa e los 500 articles incomprenables d’aquesta Constitucion europèa. Se dire opausat a n’aqueste tractat es sovent se far tractar d’anti-europèu : aquò’s pas correcte. Se pòt èsser pro-europèu, federalista, e acceptar pas aqueste projecte tal coma es ara per ara. Pel demai, aquò’s una question d’apreciacion…


Se lo Tractat es regetat, a quina escasença pensas que se poirà aver melhor ?

Voldriái que dins l’encastre de la campanha referendària, se fague una vertadièra refexion subre las proposicions alternativas. Per tornar balhar una coëréncia al projecte, cal pas demorar sus un « non ». Se pòt bastir una Constitucion que definigue melhor las institucions, mas, mai que tot, qu’intègre la democracia representativa, l’aspiracion ciutadana a la democracia participativa. Aquò passa per una reconeissença de la societat civila europèa. Es tanben atal que se crèa l’Euròpa. Dire de non, aquò’s s’engatjar a participar a un processús collectiu dinamic permetent de far abotir un tèxte novèl. Alavetz, per aquò far, cal pas que lo debat sul Tractat constitucional s’embarre dins un debat politician nacional. Estant que i a un vertadièr valat que se cava entre la classa pilitica e los ciutadans. Aquò me pòrta bravament pensaments…


(Prepauses reculhits per Guillaume Cros)


Revirat en lenga nòstra per Sèrgi Viaule




L'Europe vue du Pays Héraultais

Les nouveaux Rainbow Warriors
LIBERTES

urant son audition par l'europarlement, Rocco Buttiglione - qui entendait devenir Commis-saire à la Justice et aux libertés - n'a pas fait dans le détail : "L’homosexualité est un pêché" et "la famille existe pour permettre à une femme d'avoir des enfants et d’être protégée par un mâle" (!) Indignation immédiate de la députée néerlandaise Kathalijne Buitenweg, porte parole des Verts à la Commission des Libertés Publiques : "Comment pourrait-on avoir confiance en lui pour qu'il protège les femmes ou les gays contre les discriminations ?". On connaît la suite. Buttiglione a certes été éconduit sans ménagement, mais, pour Kathalijne, la menace reste entière, y compris dans l'hémicycle. Il ne faut pas oublier que les conservateurs ont porté la Slovaque Anna Zaborska à la tête de la Commission pour les "Droits des Femmes et l’Égalité des Genres", alors que ses vues politiques - homophobie et anti-avortement - sont aux antipodes des valeurs que cet organe est censé défendre…

Bien que condamnée par la Charte des Droits Fondamentaux - incluse dans le projet de Constitution - la discrimination sur l'orientation sexuelle n'est pas terrassée. Ainsi en va-t-il du mariage entre personnes de même sexe, légal en Belgique, aux Pays-Bas, et bientôt dans la "très catholique" Espagne, mais "contesté" en France. Les remous autour de celui que Noël Mamère a célébré à Bègles, en juin dernier, ont rappelé les disparités qui existent en matière de droits à travers l'Europe. Le Collectif montpelliérain contre l'homophobie et pour l'égalité des droits souligne le retard français, tant sur le plan législatif que sur celui de la simple prévention de l'homophobie. Alors que messieurs Chirac et Perben avaient promis un grand débat national sur le mariage homosexuel et l'homoparentalité - déjà légale en Suède, aux Pays-Bas, et dans certaines régions autonomes espagnoles - on attend toujours un message clair contre la haine.

Lors du débat à l'Assemblée Nationale, Hussein Bourgi, Président du Collectif, est resté en alerte : "Le budget initialement prévu pour la future Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité (HALDE) - instance d'alerte et de médiation - a failli être coupé en deux, le rendant égal à celui qu'un petit état comme la Belgique consacre à son organisme équivalent. Il a fallu se battre pour que le projet de loi ne hiérarchise pas les discriminations, en punissant plus légèrement un délit homophobe ou sexiste qu’un délit raciste. Côté positif : la "provocation à la haine, à la violence, à la discrimination" à l'égard de personnes "en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle" sera - enfin - sanctionnée. Côté négatif : la discrimination ne pourra être évoquée que pour l'accès à l'emploi, au logement et aux services, le délai de prescription est réduit de un an à trois mois, et le texte reste muet sur les agressions contre les transsexuels et transgenres". Jusqu'au dernier moment, la restriction de recours juridique a été envisagée, vidant de tout sens cette législation : une association homosexuelle ou féministe n'aurait pu se porter partie civile face à une agression qu'en justifiant de cinq années d'existence et de plus de 45 000 euros de budget (la plus importante association homosexuelle de France ne gère aujourd'hui que 10 000 euros...). Grâce à la pression, seule la clause de durée a finalement été retenue, mais une phrase prononcée par un parlementaire - "l'homosexualité menace la survie de l'humanité" (sic) - en dit long sur la nécessité de cette loi…

Le "Rainbow flag", drapeau arc-en-ciel symbole de la "fierté gay", ne flotte pas encore partout de la même manière, dans le ciel d'Europe.


Kathalijne : kbuitenweg@europarl.eu.int

Collectif contre l'homophobie et pour l'égalité des droits
Tél : +33 (0)6 70 13 16 26
collectifcontrelhomophobie@hotmail.com



L'Europe vue par les gens du voyage

Au bord de la route
DROITS

Un des effets de l'élargissement de l'Union à 10 nouveaux pays, est peu connu : les membres de la communauté des "gens du voyage" sont passés de 3 à 9 millions. À l'horizon 2007, avec les adhésions bulgare et roumaine, ils devraient approcher les 12 millions de citoyens. Frédéric Lievy, animateur national de cette communauté parfois oubliée, est conscient du potentiel humain qu'elle représente : "elle est plus peuplée que bien des États européens !". Ceux que l'on désigne aussi par le terme réducteur de "roms" ont été souvent pourchassés, et le 3ème Reich les avait même inscrits au rang de peuple à exterminer...

Le grand public ignore souvent les conditions de vie réelles de ces "voisins d'un jour" : "Il y a une très grande inégalité de traitement suivant les pays" précise Frédéric. "En Grèce, par exemple, on assiste à de véritables rafles dans les centre villes, pour rejeter les "voyageurs" vers des zones rurales isolées. Et en France, on n'est, parfois, pas loin de ce genre de pratique. À la fin des années 90, il y avait au Portugal seulement 4 personnes issues de la communauté qui touchaient leur retraite !". Une situation qui s'explique peut-être par des démarches non effectuées, mais aussi parce que la durée de vie d'un voyageur est de 15 ans inférieure celle d'un sédentaire.

Frédéric, colistier de Gérard Onesta, a été le premier de sa communauté à être candidat aux élections européennes. "Je dis aux miens de participer à la vie publique, de se présenter aux élections, de prendre leur destin en main". C'est un des leviers indispensables pour casser la discrimination vis-à-vis des roms, car la Charte des Droits fondamentaux n'est pas encore juridiquement contraignante, et les disparités qu'elle veut interdire persistent : "Pour qu'un voyageur puisse avoir une carte d'identité ou le droit de vote dans une commune, il doit prouver qu'il est sur cette commune depuis 3 ans… pour un SDF, 6 mois suffisent !" souligne Frédéric.

Au Parlement européen, le sujet "rom" est devenu, depuis l'élargissement, un dossier chaud. Alors que les Verts avaient été jusque-là bien seuls à faire des propositions concrètes - comme la création d'une ambitieuse citoyenneté européenne "transnationale" - chacun veut s'emparer du débat. Ceci est devenu palpable lors la création des intergroupes parlementaires : les eurodéputés en charge de l'antiracisme se disent évidemment concernés, tandis que l'intergroupe pour les "minorités nationales traditionnelles, les régions constitutionnelles et les langues régionales" (dont Gérard est co-fondateur) se veut en première ligne. S'y ajoute un intergroupe "rom" qui semble incontournable, mais dont le soutien de certains lobbies mal identifiés fait débat… Pour ajouter à la confusion, la Commission européenne elle-même ne sait pas toujours comment sont employés les fonds distribués aux dizaines d'associations qui se réclament de la défense des gens du voyage.

Le chantier est complexe et immense, surtout quand les discriminations sont patentes et que l'Europe se rend enfin compte que les "minorités" ne sont pas si minoritaires que ça…


Frédéric LIEVY
Tél : +33 (0)6 11 87 53 72
e-mail :
prefaire@wanadoo.fr



L'Europe vue du Pays Tolosan

Ouf ? Chut ? Zen ? … Beurk !
TRANSPORTS

Depuis quelques semaines, la ville de Toulouse affiche, à pleins murs, ses vues en matière de transports. La ville a ainsi englouti 220 000 euros pour une campagne de communication … ou d'intoxication. Ses slogans sont axés autour de trois mots : Avec la mairie de Toulouse dites OUF (oui à une 2ème rocade autour de Toulouse), dites CHUT (Oui à un aéroport hors de Toulouse) et soyez ZEN (Le TGV au plus vite pour Toulouse). Analysons le triptyque dans l'ordre :

OUF ?
Présenté comme la panacée à la congestion croissante du périphérique toulousain, le grand contournement autoroutier est un remède aussi illusoire que coûteux. Son effet sur les véhicules en transit ainsi détournés ne serait que marginal puisqu'il serait annulé en 3 ans de simple croissance de trafic sur le périphérique. "Il est à l’opposé des engagements européens de la France, qui, pour satisfaire aux accords de Kyoto, avait promis d'arrêter le tout-voiture, et de favoriser les transports en commun, le vélo et les piétons" s'indigne Jean-Charles Valadier, porte-parole des Verts de la cité rose. Or l'agglomération toulousaine est déjà classée parmi les plus mauvais élèves de l'Union : 80 % de déplacements s'y font en auto, à comparer aux 30 % des villes européennes les plus modernes. Selon Stéphane Coppey, conseiller communautaire vert du Grand Toulouse, au-delà des dégâts sur la qualité de l'air, l'impact du grand contournement sur l'urbanisation de l'agglomération serait terrible : "cette méga rocade encouragerait un étalement urbain encore plus important, rendant ces nouveaux territoires accessibles depuis Toulouse par le seul mode routier, et donc captifs d'un cortège de véhicules supplémentaires venant gonfler toujours plus les pénétrantes et le périphérique actuel". Les déclinaisons des directives européennes en termes d'aménagement urbain sont pourtant claires : seule une réduction de la circulation et du stationnement en centre-ville, couplée à un développement des transports collectifs et du fret ferroviaire, est en mesure d'endiguer la croissance effrénée du trafic sur bitume. Pour Stéphane, "Toulouse donnerait ainsi un début de réalité aux engagements pris par les collectivités françaises au sommet de Johannesburg en faveur du développement durable".

CHUT ?
Avec un prix du pétrole installé durablement sur des sommets, l'aéronautique civile européenne voit le ciel de son développement se couvrir de nuages… Au lieu de s'interroger sur la pertinence d'un modèle où le trafic aérien augmenterait encore et encore, se contenter de promettre la construction d'un nouvel aéroport …dans 20 ou 30 ans (!) relève d'une écœurante démagogie, doublée d'un total aveuglement. Sans parler du mépris pour tous les citoyens (certes non électeurs toulousains) concernés par cette éventuelle plate-forme. Qui peut d'ailleurs croire que l'avion va quitter Blagnac, à l'heure où ces mêmes élus toulousains viennent d'inaugurer le colossal site Aéroconstellation, et son cortège de vols d'essais des A380 et de maintenance des A320 ? Soulager les toulousains accablés de bruits aéroportuaires est pourtant - et depuis longtemps - une urgence. Stéphane rappelle la large palette des vraies solutions immédiates : "isoler les logements en faisant abonder les crédits d’État par les collectivités territoriales, interdire les avions les plus bruyants et les vols de nuit, privilégier les vidéoconférences plutôt que la "transhumance journalière de cadres" sur l'Ile de France, reporter certains trafics - charter et fret - sur les aérodromes régionaux désertés…" Jean-Charles ajoute : "…et taxer le kérosène ! Car l'avion ce n'est pas que du bruit, c'est une destruction majeure du climat, fiscalement encouragée, partout dans l'Union européenne…"

ZEN ?
Le projet de TGV est le seul à obtenir un soutien des écologistes, à condition de veiller à son intégration dans les territoires traversés, et au développement simultané des dessertes ferroviaires régionales. Gérard Onesta avait d'ailleurs été co-fondateur en ce sens, dès 1990, de l'association TGV Eurosud : priorité au rail ! Mais le "Zen" de la Mairie sonne faux par son incohérence : si les crédits nécessaires pour relier Toulouse à Paris en 3 heures par le rail (et ainsi remplacer de nombreux avions) sont aux abonnés absents, c'est bien parce qu'ils sont engloutis dans des contournements routiers ou de nouvelles plates-formes aéroportuaires !

Le Livre blanc de la Commission européenne le rappelle : la force d'une bonne politique de transport, c'est de faire d'abord ce qui est "zen", et l'on obtient aussitôt - sans saccager l'environnement, la santé et le portefeuille des contribuables - les effets "Ouf" et "Chut"…


Stéphane COPPEY
Jean-Charles VALADIER
Les Verts, 60 Bd des Récollets 31400 Toulouse