HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Gérard Onesta regrette "une bombe à fragmentation politique"
TOULOUSE, 30 mai 2005 (AFP) -

Le député écologiste européen Gérard Onesta, interviewé lundi par France 3 Sud, voit dans le résultat du référendum sur la Constitution européenne "une bombe à fragmentation politique qui n'a pas fini de faire des dégâts", a-t-il dit.

"La gauche est profondément divisée, le populisme de droite est ricanant, triomphant, et l'autisme est toujours bien installé à l'Elysée", a-t-il poursuivi.

"Les gens ont voté très clairement pour dire non à l'équipe en place au niveau français sans trop de préoccuper de ce qui allait se passer au niveau européen. C'est ma grande crainte", a ajouté M. Onesta, qui avait appelé à voter oui.

"On sait depuis ce matin que ceux qui avaient dit qu'il allait y avoir un plan B se sont trompés, nous ont trompés: on a vu que l'ensemble des capitales a dit que l'on s'en tiendrait au traité de Nice et qu'au maximum, le processus constitutionnel continuerait, qu'on ne négocierait rien, qu'il faudrait l'unamimité pour changer quoi que ce soit", a précisé l'élu Vert.

"Certains ont mené la campagne sur des mensonges et les masques tombent ce matin. C'est un paradoxe terrible de voir que pour combattre le libéralisme en place au niveau européen, la gauche européenne vient peut-être de se priver à travers le vote français du seul outil pour changer les choses", a conclu M. Onesta.