HAUT DE PAGE






Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




La politique européenne de l'emploi
Supplément du Carré d'Europe N°15
ETE 2003

L'Europe pour objectif un niveau élevé d'emploi, au travers d'une politique visant à développer une main d’œuvre qualifiée et flexible, susceptible de s’adapter à un marché du travail réactif aux évolutions de l’économie. Selon le Traité, c'est donc à l'Humain de s'adapter aux besoins de la société, et non l'inverse...

Dès 1957, l’Europe a soutenu l'emploi dans les secteurs du charbon et de l’acier. La mise en place du Fonds Social Européen (FSE), dans les années 60, a permis d’élargir cette action aux chômeurs de longue durée (programme ERGO), à l’emploi local (programme LEDA), et aux PME (programme ELISE). Pour faciliter la libre circulation des travailleurs, l’Union a également diffusé l’information sur les politiques du travail dans chaque État membre (Systèmes MISEP et SYSDEM), et mis en place un service européen de l’emploi (EURES).

Fin 1996, a été créé le "Comité de l’emploi et du marché du travail", organe de concertation et de proposition. Les sommets européens de Lisbonne (2000), Stockholm (2001) et Barcelone (2002), ont insisté sur la cohésion sociale apportée par la qualité des emplois, espérant une meilleure compétitivité grâce aux nouvelles technologies. L'Union a fixé des niveaux à atteindre d'ici 2010, notamment pour l'emploi des femmes ou des travailleurs âgés.

Pour autant, cette promotion européenne de l’emploi est paradoxalement distincte de la lutte contre le chômage, qui reste de la compétence exclusive des États membres.
Le Parlement Européen dénonce ce fait qui réduit considérablement l’efficacité des divers programmes. le Conseil se limite pourtant à définir chaque année des lignes directrices pour l’emploi, que chaque Etat est "convié" à suivre...
La politique européenne de l'emploi est financée par le FSE, qui représente 9 % du budget communautaire.

Le chômage ronge toujours nos sociétés. Facteur de misère et d'exclusion, il fait le jeu des extrémistes, et sert parfois de moyen de chantage pour ne pas s'occuper de démocratie ou d'environnement. Pour les Verts européens, il faut enfin donner à chacun un rôle social. C'est une question de dignité, et une clé dans le débat politique.

Redéfinir. Inventer d'autres rapports au "travail" en englobant toute activité socialement utile permettant autonomie financière ET épanouissement personnel.

Partager. Réduire de façon radicale et généralisée le temps de travail en Europe (objectif : semaine des 4 jours). Mieux répartir les gains de productivité des activités (salariées ou non) entre hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, pour vivre mieux, travailler moins, travailler tous.

Innover. Créer de nouveaux gisements d'emplois grâce au développement durable, soutenus par une réforme fiscale écologique. Développer le 'tiers secteur", entre service public et privé, en protégeant socialement de l'économie solidaire.

Maîtriser. Coordonner au niveau européen les politiques de l'emploi. Lutter contre le dumping fiscal par l'harmonisation des impôts des entreprises. Réduire fortement les taxes sur la main d'œuvre en les transférant, dans l'Union et dans le monde, vers un impôt sur capital et la spéculation.

Sécuriser. Instaurer un salaire minimum garanti européen, pour éviter le dumping social et les délocalisations d'entreprises vers des pays plus pauvres. Renforcer le droit et le pluralisme syndical.

Stabiliser. Créer un corps d'inspecteurs européens pourlutter contre les fraudes transfrontières. Mettre en place une "socio taxe" sur les produits importés fabriqués à bas prix dans des conditions de concurrence sociales ou environnementales déloyales. Cette "socio taxe" protégerait l'emploi européen, et serait aussi un outil de solidarité avec le Tiers-Monde, car son produit y serait réinvesti dans des aides de "mise à niveau" social, environnemental, démocratique...

Démocratiser. Renforcer le rôle législatif du Parlement Européen en matière d'emploi. Imposer à l'OMC les règles de l'Organisation Internationale du Travail.