HAUT DE PAGE













"Sinople" à votre service

À Paris, en face de l'Assemblée Nationale, c'est dans le très haussmannien bâtiment du 288 boulevard Saint Germain, que l'Europe a son Bureau d'information. Les eurodéputés Verts français y ont installé une antenne en créant "Sinople", un centre d'études et d'initiatives pour relayer leur action européenne. Vous cherchez une info sur un texte européen ? Vous voulez faire "remonter" une préoccupation en lien avec l'action de l'Union ? Organiser une action de sensibilisation ? Vous avez besoin d'être aiguillé vers le bon interlocuteur parlementaire ou administratif ? : l'équipe des 4 salariés de Sinople est à votre disposition !



Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Les bureaux d'information de l'Union
Carré d'Europe N°20
ETE 2005

Ce sont, en quelque sorte, les "ambassades" de l'Union sur son propre territoire. Les "Bureaux d'Information" ont été créés pour rapprocher les institutions européennes des personnes concernées par ses décisions. La décentralisation reste cependant modeste : chaque État membre n'a qu'un seul de ces relais, situé dans sa capitale. Les "grands" pays, mieux dotés, en ont un second (à Barcelone, Munich, Édimbourg, Milan), et la France est "gâtée" avec 3 sites (Paris, Marseille et Strasbourg). Au total, ce sont donc une trentaine d'antennes qui sont là pour informer le public, mais aussi relayer ses préoccupations vers Bruxelles. Les députés européens trouvent sur place des espaces pour accueillir leurs concitoyens et y installer des collaborateurs pour diffuser leur action dans leur pays d'origine.

Ces bureaux regroupent les services du Parlement européen et de la Commission (sauf pour l'instant à Londres, Athènes, Copenhague et Édimbourg où leurs lieux de travail sont séparés) au sein de ce que l'on appelle une "Maison de l'Europe". Y sont installés quelques fonctionnaires européens - les rares à être "autorisés" par les États membres à aller au contact du citoyen - qui assurent ainsi le suivi des délibérations budgétaires et administratives européennes en direction des milieux économiques, sociaux, universitaires et associatifs. Chaque Bureau est également en liaison politique étroite avec le Parlement national, les membres du gouvernement chargés des affaires européennes, les grandes administrations, les ambassades... Il entretient aussi des contacts étroits avec les autorités locales ainsi qu'avec la presse écrite et audiovisuelle. C'est par ailleurs un centre de documentation (appelé "info-point") qui met gracieusement à la disposition du public des brochures, des affiches, et des accès informatiques vers des banques de données... Une salle de conférences permet d'organiser des points presse et des cycles de débats lors des temps forts de la construction européenne (élargissement, nouveaux traités, élections…) mais la plupart des activités de ces bureaux se font "sur le terrain" au travers de participation à des colloques, salons, expositions, événements sportifs ou culturels…

Depuis quelques temps, le Parlement a décidé de rompre avec sa politique de location, et d'acquérir les murs de ses bureaux d'information. Ces achats conduisent, à court terme, à de substantielles économies pour le budget européen. Gérard Onesta, en charge des questions immobilières de l'assemblée, parcourt donc le continent pour y visiter, négocier et faire aménager, au cœur des capitales, des locaux de qualité. Il s'agit de faire de ces lieux des "vitrines" de l'action de l'Union, tout en les ouvrant au maximum au citoyen européen pour y recueillir ses questions et ses envies. Fin 2004, le Parlement n'était propriétaire que de ses locaux d'Athènes et de Lisbonne. D'ici peu, il sera "chez lui" à Malte, Copenhague et lancera - pour la première fois - un concours d'architecture pour construire une Maison de l'Europe à Varsovie…