HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Dernier échelon manqué

Le système Echelon est liberticide sans être efficace,
comme le démontre le "fiasco prévisionnel" de la CIA lors des attentats sur New York.

La dénonciation par Paul Lannoye, eurodéputé Vert belge, de l’existence du système américain d’espionnage des télécommunications “Echelon ” avait abouti à la création d’une commission temporaire du Parlement européen. Voulant protéger d'obscurs agissements de leurs gouvernements respectifs, les "grands" groupes (PSE et PPE) ne s'étaient pas "grandis" en refusant à cette commission tout pouvoir d'enquête. Dans la même logique, ces deux groupes ont réduit la résolution finale à un texte si fade que les Verts ont été obligés de s'y opposer en plénière, en septembre. La seule vraie victoire est la reconnaissance, enfin officielle, par le Parlement de ce réseau d'espionnage mondial, dont l’Europe est une des premières victimes en termes d’espionnage économique. Par contre, il ne fut pas question de mettre au ban les États membres qui collaborent à ce système de "grandes oreilles" en accueillant sur leur territoire les installations américaines. Tant pis si le Royaume-Uni s'affiche plus souvent comme étant le 51e État américain que comme le 15e État européen…
Les Verts souhaitaient que l'Allemagne et le Royaume-Uni annulent les autorisations d'interception délivrées aux États-Unis à partir de leur territoire, la députée Verte irlandaise Patricia Mc Kenna allant jusqu’à demander la fermeture autoritaire de ces stations d'écoute basées dans l’Union. Propositions hélas rejetées par une majorité qui, sans peur du ridicule, a préféré demander à ces États de "s'assurer que les interceptions sont conformes au respect de la vie privée"…