HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




COMMUNIQUE DE PRESSE
GROUPE DES VERTS/ALE AU PE

Présentation du "Livre Blanc" sur la politique de communication européenne

Une réponse cosmétique à un problème politique
Bruxelles, le 1er février 2006

Le Livre Blanc

Lire l'article de l'AFP

Selon le Livre Blanc de la Commission sur sa politique de communication, présenté à la presse européenne ce mercredi 1er février à Bruxelles, il suffirait de mieux parler de l'Europe pour que les citoyens retrouvent la confiance perdue envers les institutions et le projet communautaires.

Il est surréaliste de ne lire dans ce document aucun début d'analyse autocritique ou de remise en cause politique de la part de la Commission. Pourtant, qui peut sérieusement prétendre que les objectifs libéraux, pleinement assumés par l'équipe Barroso, ne sont pas un des éléments clefs qui inquiètent - à juste titre - les populations de l'Union ?

Selon Gérard Onesta, eurodéputé Vert et Vice président du Parlement européen, "pour renouer avec le soutien populaire, il ne suffit pas de mieux communiquer sur l'Europe, il faut changer l'Europe.

Mauvais augure, la Commission entend s'adresser aux citoyens en commençant par court-circuiter leurs représentants les plus directs. En effet, contrairement aux engagements institutionnels, le Parlement européen ne sera saisi de ce Livre Blanc qu'après que celui-ci aura été abondamment commenté dans les médias…

Au-delà des incontournables formules séduisantes (décentralisation, participation, culture, …) on ne note dans ce document aucune proposition concrète autre qu'élitiste (création de chaires de professeurs européens) ou s'en remettant à la panacée des "news technologies" (des bases de données bibliographiques "on line").

Loin des angoisses quotidiennes des citoyens (délocalisations, précarité sociale, insécurité, crises sanitaires, bouleversements environnementaux…) cette approche technocratique et cosmétique, adossée à un financement minimaliste, n'est pas à la hauteur des enjeux.

Au lieu de soigner sa "com", la Commission devrait d'abord s'interroger sur la qualité du "produit politique" qu'elle entend proposer aux citoyens".

"Gérard ONESTA interviendra pour le Groupe des Verts en séance plénière du Parlement sur ce sujet, demain jeudi 2 février".