HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




L'offense faite à Poutine
Même si la plupart des gouvernements ont déroulé le tapis rouge devant Vladimir Poutine et le cynisme de ses méthodes, le Parlement européen n'est toujours pas en phase avec le Kremlin. Certes, la Russie semble actuellement "sous contrôle" (média aux ordres, milieux socio-économiques muselés…), mais aux marches de l'empire post-soviétique, la démocratie tente de relever la tête. Les débats autour du prix Sakharov - par lequell'europarlement récompense annuellement la lutte pour les droits fondamentaux - montrent bien que Poutine est dans son collimateur. Le groupe Vert soutenait la candidature d'une militante non-violente russo-tchétchène du Centre "Mémorial" de Grozny, en signe de réconciliation entre des peuples soumis à la brutalité russe et ses violentes répliques. Au final, c'est au travers de l'attribution du prix à l'Association des journalistes de Bélarus qui dénonce la dictature de son vassal Loukachenko, que Poutine a été épinglé. Quant à l'Ukraine, pour soutenir, face aux grossières manipulations de Moscou, le démocrate Viktor Ioutchtchenko, leader de la révolution populaire "orange", les eurodéputés ont arboré durant leur session de décembre des écharpes de la même couleur…