HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




NON à l’EPR, OUI aux alternatives au nucléaire

Alors que la France est déjà largement suréquipée en centrales nucléaires et qu'il est urgent à la fois de maîtriser les consommations d'énergie et de développer les énergies renouvelables, le gouvernement français a demandé à EDF de construire un nouveau réacteur nucléaire de type EPR (European Pressurized Reactor) à Flamanville dans la Manche.

L'intention du lobby atomique est de nous mettre une fois de plus devant le fait accompli et de nous imposer à terme le renouvellement de tous les réacteurs existants par des réacteurs EPR. Pourtant, la construction d'un réacteur EPR est une mauvaise décision à tous les points de vue :

Au point de vue énergétique : la  France est en situation de surproduction électrique et n'a donc besoin d'aucune nouvelle centrale avant plusieurs décennies. Le nucléaire représente certes 78 % de l'électricité consommé en France, mais seulement 15% de notre consommation totale d'énergie, et... 4 % de la consommation énergétique mondiale ! Il ne peut pas non plus se substituer à l'usage du pétrole dans les transports. Il n'est donc pas une réponse au réchauffement climatique.

Au point de vue économique : ce chantier de plusieurs milliards d'euros entraînera un retard dommageable dans les nécessaires investissements de l'industrie française vers d'autres solutions énergétiques, sans résoudre les difficultés inhérentes au secteur nucléaire.

Au point de vue social : les énergies renouvelables et la maîtrise de l'énergie sont bien plus créatrices d'emplois et porteuses d'avenir. À investissement équivalent, un programme éolien produirait deux fois plus d'électricité et créerait près de 5 fois plus d'emplois - comme le montre l'étude “Éole ou Pluton?” réalisée en 2003 par l'association Détente.

Au point de vue environnemental :  l'EPR n'apporte aucune amélioration notable quant à la sûreté nucléaire ou à la gestion des déchets radioactifs, dont le fardeau continuera à peser sur les générations futures.

- Parce que nous refusons la perpétuation des risques du nucléaire ;

- Parce que nous refusons que le lobby nucléaire nous impose un nouveau réacteur ;
- Parce que nous refusons la confusion entre service public et intérêt du lobby nucléaire ;

- Parce que nous savons que cet investissement inutile restera finalement à la charge des clients d'EDF et des générations futures ;

- Parce que nous voulons que l'avenir s'ouvre à des énergies renouvelables, décentralisées, propres et sans risques;

Ensemble, nous disons NON à l'EPR et nous soutenons le grand rassemblement de Cherbourg contre l'EPR, les 15 et 16 avril 2006