HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°14 – PRINTEMPS 2003 L'Europe vue d'Aquitaine
Au bout du tunnel (routier)

C'est la même fuite en avant mercantile qui répand du bitume sur les eaux de l'Atlantique, et sur la terre des vallées de Béarn.

17 janvier 2003. Triste jour que celui de l'inauguration du tunnel du Somport.

À Urdos, dernier village au sommet de la vallée d'Aspe, en guise d'ultime défi aux cérémonies officielles, les élus Verts du grand Sud-Ouest, Noël Mamère, Jean Lissar et Gérard Onesta, habillés de combinaisons blanches, entourés de la population locale, ont symboliquement coupé un ruban tricolore tendu au-dessus de galettes de fuel issues du pétrolier "Prestige" et ramassées sur une plage landaise le matin même. Signifiant ainsi que c'est la même fuite en avant mercantile qui répand du bitume sur les eaux de l'Atlantique, et sur la terre des vallées de Béarn.

Venus des vallées alpines sinistrées par le transport routier, des responsables associatifs, ont témoigné que ce genre de tunnel ouvre un couloir à nuisances qui saccage les montagnes sans contribuer en rien à leur développement. La vallée d'Aspe va devoir aussi affronter les bulldozers qui ont encore à créer l'autoroute qui ira "nourrir" ce tunnel de l'absurde. Autant de centaines de millions d'euros qui risquent d'être à nouveau engloutis dans une logique de développement aux antipodes des engagements européens de Kyoto. Pourtant, dans la même vallée, la ligne de fret ferroviaire Pau-Canfran, infiniment moins prédatrice pour l'environnement, attend toujours de trouver les financements pour sa réouverture…