HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




REACH : pour les eurodéputés Verts, "le Parlement devait être plus exigeant sur l’enregistrement des substances chimiques"Strasbourg
par les VERTS/ALE le 18/11/2005

Ce jeudi 17 novembre 2005, le Parlement européen a voté en première lecture le projet REACH.

Les eurodéputés Verts français et belges au Parlement européen ont voté contre la résolution finale telle que mise au vote.

Pour Marie Anne Isler Béguin, eurodéputée Verte française, membre de la commission de l’environnement du PE,

"l’étape fondamentale était l’enregistrement des substances chimiques.

"Or, avec le vote d’aujourd’hui, la majorité du Parlement a trébuché sur cette étape en l’affaiblissant, cédant ainsi au lobby de l’industrie chimique qui demandait une réduction de ces enregistrements.

"Selon nos estimations, l’objectif d’enregistrer30.000 substances avec un minimum de données passerait désormais à 12.000. Nous regrettons que le principe de base de REACH ’pas de données, pas de marché’ ait été ainsi largement balayé d’un revers de main lors du vote.

"Si nous nous réjouissons de l’obligation de la substitution de substances hautement dangereuses lorsque des alternatives existent, si nous apprécions l’amélioration de l’information destinée aux consommateurs, nous restons sceptiques quant au résultat. En effet, que communiquer en l’absence de données ?

"Concernant la future Agence (Helsinki) qui aura un rôle primordial pour le gestion du règlement REACH, elle souffrira d’emblée d’une surcharge de responsabilités et d’un manque de moyens pour assurer l’énorme tâche qui lui a été confiée.

"Un REACH affaibli ne pourra pas gagner la bataille pour protéger l’environnement et la santé".