HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Mémorandum français sur l'énergie
Les citoyens européens ne veulent pas des leçons de Chirac sur le nucléaire
Bruxelles, 24 Janvier 2006, Communiqué des Verts/ALE

À l'occasion du Conseil Ecofin, le gouvernement français a présenté aujourd'hui son Mémorandum sur une Politique énergétique européenne. Le Groupe des Verts au Parlement européen tient à rappeler que les propositions pro-nucléaires de Chirac vont à l'encontre de ce que veulent les citoyens européens, comme le montre clairement un sondage Eurobaromètre publié aujourd'hui par le Commissaire à l'Énergie M. Piebalgs. Réagissant au Mémorandum français, l'eurodéputée Verte Marie Anne Isler Béguin (France), membre de la Commission Environnement au Parlement européen et l'eurodéputé Vert Claude Turmes (Luxembourg), vice-président du Groupe des Verts/ALE, ont déclaré :

"Il fallait s'y attendre : le gouvernement de Monsieur Chirac se sert du mémorandum sur l'énergie pour vanter la politique nucléaire française et tenter de l'exporter dans toute l'Union. Avant de lancer cette promotion, les autorités françaises seraient bien avisées de demander à leurs homologues, en particulier danois et autrichiens, leur modèle énergétique pour enfin sortir de la fausse bonne solution du nucléaire.

Le dernier sondage Eurobaromètre publié aujourd'hui sur la politique énergétique montre clairement que l'énergie nucléaire n'est pas populaire et que l'imposer ne rapprochera certainement pas les citoyens européens de l'Europe. Seulement 12 % d'entre eux pensent que le développement de l'énergie nucléaire apporterait une réponse satisfaisante aux défis actuels posés par la sécurité d'approvisionnement en énergie, l'augmentation de la consommation d'énergie et le changement climatique. À l'inverse, 48 % des citoyens de l'UE sont en faveur du développement de l'énergie solaire, 41 % soutiennent la recherche dans le domaine des nouvelles technologies de l'énergie, et 31 % sont partisans du développement de l'énergie éolienne.

Force est de constater que les citoyens européens ont des idées bien plus avancées que leurs hommes politiques. Ils savent que le risque d'accident nucléaire majeur, le problème des déchets, les armes et les éventuelles menaces terroristes sont autant de bonnes raisons d'abandonner l'ère du nucléaire. Nos citoyens croient en l'énergie solaire, en l'efficacité énergétique et en l'économie d'énergie. Et ils ont raison : ce n'est qu'à travers ces moyens que nous réussirons à mettre un terme à l'âge du nucléaire et à inverser la tendance du réchauffement de la planète . Les écologistes ne laisseront pas les autorités françaises se servir de la relance du nucléaire comme remède miracle au changement climatique".

Note aux éditeurs :
Annoncé par le Président français Jacques Chirac lors du sommet de Hampton Court à la fin du mois de novembre 2005, le Mémorandum sur la politique énergétique européenne a été présenté aujourd'hui au Conseil Ecofin. Bien qu'il contienne quelques propositions positives sur l'efficacité énergétique et les sources d'énergie renouvelable, le texte ressemble fort à un copié-collé de la politique énergétique française, dans le sens où il promeut le développement de l'énergie nucléaire avec l'argent de l'Europe (ITER à Cadarache, développement d'une nouvelle génération de technologie nucléaire française).