HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Politique énergétique européenne :
Réaction de Gérard ONESTA sur la proposition de la Commission européenne
Bruxelles le 10 janvier 2007

"Derrière les objectifs "sympathiques" affichés par la Commission de réduire par 4 les gaz à effet de serre d'ici la seconde moitié du siècle, on voit mal comment l'exécutif européen entend gérer trois énormes contradictions :

D'abord, pour diminuer le risque climatique, elle s'engage sur la voie de la banalisation d'un risque encore plus grand, celui du nucléaire, inhérent notamment à la gestion des déchets de cette filière.

Ensuite, la Commission aura du mal à juxtaposer son dogme basé sur une quête effrénée de la croissance, avec la mise en place d'une société de la sobriété.

Enfin, comment la Commission peut-elle demander l'intervention des puissances publiques alors qu'elle n'a de cesse de démanteler les services publics qui sont les seuls leviers d'intervention des États ?

En l'absence d'objectifs immédiats et de dispositions contraignantes, on voit bien que l'appel à de nouvelles pratiques énergétiques à l'horizon 2050 est un vœu pieu, essentiellement dicté par la crise d'approvisionnement russe ou les graves dérèglements climatiques en cours".

Pour en savoir plus, le site de la Commission européenne

http://ec.europa.eu/index_fr.htm