HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°16 – AUTOMNE 2003 L'Europe vue d'Aquitaine
Nouvelle PAC, nouveau bug

Le 26 juin dernier, le Périgord, comme toutes les régions essentiellement rurales, avait les yeux braqués vers l'Europe qui accouchait de sa nouvelle Politique Agricole Commune. Il est vrai que cette fameuse PAC, depuis son instauration en 1962, fait et défait nos campagnes, en engloutissant près de la moitié du budget communautaire. Les Quinze voulaient réformer profondément, car le système actuel de financement n’aurait pu, en effet, être étendu aux dix pays candidats sans faire exploser les finances de l'Union. La réforme - qui installe une nouvelle PAC de 2005 à 2013 - fut donc de taille, mais dictée plus par la déréglementation à la "sauce libérale OMC", que par les intérêts des paysans et consommateurs européens.

Le point central en est le découplage entre les aides européennes et les tonnages de production. C'est désormais un paiement unique par exploitation qui se substituera à la plupart des primes octroyées dans le cadre des différentes organisations communes de marché, ces dernières étant quasiment démantelées dans les faits, ce qui va dévaster bien des filières. Pour l'eurodéputée Verte Danielle Auroi ce nouveau système est à double tranchant : "s'il met enfin un terme à la course au rendement intensif et aux subventions à l'exportation déguisées qui fragilisaient l'agriculture du Tiers Monde, cette dernière restera exploitée au travers d'une OMC triomphante. De plus, les prix agricoles à l'intérieur de l'Union - donc une part des revenus des paysans - s’ajusteront immanquablement sur les prix les plus bas existants dans le monde". Par ailleurs, les paiements basés sur la surface de l'exploitation - même plafonnés - risquent d'accélérer la concentration de celles-ci et de figer les inégalités existantes, car les critères de référence choisis sont les aides déjà versées sur la période 2000/2002. Et l'augmentation des financements communautaires pour l'installation des jeunes agriculteurs ne changera pas grand-chose à cette nouvelle lame de fond qui va encore secouer le monde rural. À tout cela s'ajoute que, suivant les pays, le découplage des aides peut être partiel et étalé de 2005 à 2007, et cette complexité du système va, à l'évidence, encore plus désorganiser les marchés et le foncier agricole…

Bérénice Vincent élue verte de Bergerac, apprécie "que, grâce aux eurodéputés Verts, l'octroi de l'intégralité de l'aide européenne soit subordonné au respect d'un certain nombre de normes obligatoires en matière d'environnement, de sécurité alimentaire et de bien-être des animaux. Cette éco-conditionnalité appuiera également le développement rural, en Dordogne comme ailleurs, même si ces "critères verts", financés par la lente réduction des aides directes aux grandes exploitations, ne capteront qu'une maigre part du budget de la PAC."

Pour connaître le détail de la nouvelle PAC (mécanisme général, montant des aides, système d'attribution et d'options, secteurs soutenus, etc.) CLIQUEZ ICI

Contact
Les Verts Dordogne : BP 2001, 24000 Périgueux - Tél. : 05 53 53 94 46
Danielle Auroi :
dauroi@europarl.eu.int