HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°8 – AUTOMNE 2001 L'Europe vue d'Aquitaine
Huîtres cherchent plaîdeurs ...

Tout vrai amateur d'huîtres le sait : on ne déguste ce fruit de mer qu'en dehors des mois en "R", car il est inconsommable durant sa période de reproduction, de début mai à fin août.
C'était sans compter sur les apprentis sorciers de l'industrie agro-alimentaire, qui ont "bricolé" une huître dite "des quatre saisons", consommable toute l'année. Vivaldi lui-même resterait dubitatif devant cet animal "triploïde", résultat d'une manipulation chromosomique, croisemet d'une huître diploïde (deux lots de chromosomes) et d'une huître tétraploïde (quatre lots de chromosomes).
S'agit-il d'un de ces OGM, organismes génétiquement modifiés qui alimentent tant les débats européens ? "Il y a au moins "manipulation" génétique" affirme Michel Daverat, porte-parole des Verts Aquitaine, "nous devons donc rester prudents et appliquer le principe de précaution". Certains ostréiculteurs refusent la production de cette bestiole dans le bassin d'Arcachon. Ainsi, Jean Conord, président du syndicat des producteurs de la Côte Noroît, affilié à la Confédération Paysanne, veut un débat avec les producteurs et les consommateurs. "Si ce n'est pas un OGM, l'huître triploïde doit être au moins considérée comme un nouvel aliment, et s'adapter au cadre législatif européen en vigueur". Des études approfondies doivent donc être menées pour étudier - entre autres - les répercussions possibles sur la santé. Le principe de la "vérité sur l'étiquette", défendu au Parlement européen, pourrait aussi imposer d'informer les consommateurs sur la nature de l'huître qu'ils achètent…
Par ailleurs, la remise en cause d'un système de production est aussi en jeu : ces huîtres stériles n'étant produites qu'en "forçant le naturel" en écloserie, les conchyliculteurs en seraient dépendants comme les agriculteurs le sont des semenciers. Ce serait là aussi une privatisation inadmissible du vivant. De plus, comme le fait remarquer Michel Daverat, "l’ntroduction par accident d’huîtres tétraploïdes dans le bassin d’Arcachon ne risquerait-elle pas de créer une souche d’huîtres triploïdes qui stériliserait l’ensemble du cheptel".Sachant que le bassin produit 70 % de la production française de naissains, les répercussions économiques seraient catastrophiques.
L'huître est un produit de qualité tant qu'il reste le fruit de la mer. Contrarier ce cycle naturel, c'est déjà avoir oublié les terribles leçons du poulet à la dioxine ou des farines animales qui ont pourtant fait trembler l'Europe. À quand les premiers procès ?

Les Verts Aquitaine
13, rue du Chai-des-Farines 33000 Bordeaux
Michel Daverat
Tél et Fax : 05 56 22 54 80