HAUT DE PAGE





Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Le grand blanc
Le sucre est, par bien des égards, un marqueur de nos sociétés. Il est, tour à tour, dévastateur pour le Nord de la planète quand il entraîne - par consommation massive - l'obésité des enfants d'aujourd'hui et les dégâts cardiovasculaires chez les adultes de demain, mais il pose aussi des problèmes - d'une tout autre nature - au Sud. L'eurodéputée Verte Marie Hélène Aubert, chargée tant des questions agricoles que de développement, a épinglé la réforme de l'organisation commune du marché du sucre, certes nécessaire, mais très mal engagée par la Commission. Selon Marie Hélène, "plutôt que de casser les cours et de ruiner le tiers-monde à force de subventions à l'exportation, l'Union doit impérativement réguler l'offre par une protection des marchés au travers de normes sociales et environnementales". La réduction de la production, couplée à des prix rémunérateurs, empêcherait les industries sucrières de mettre la main à vil prix sur les petits producteurs de canne (notamment au Brésil), tout en limitant l'absurde saturation en sucre des produits alimentaires. Pensez à tout ça en buvant votre prochain café…
Marie Hélène : mhaubert@europarl.eu.int