HAUT DE PAGE






Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°2 – PRINTEMPS 2000 L'Europe vue de Midi-Pyrénées
Mais que cache l'AOC ?

Depuis quelque temps, dans le Tarn, des porcheries poussent,s'agrandissent… À croire qu'il y a une pénurie de cochonnailles. C'est l'Appellation d'origine contrôlée (AOC) des Monts de Lacaune qui est avancée comme explication à cette multiplication subite de cochons dans le département. Des chiffres circulent : 200 000 têtes, 2 porcheries par canton… Le Tarn serait-il en train de devenir la Bretagne du Sud-Ouest ? Les salaisonniers de Lacaune affirment, de leur côté, que potentiellement le nombre de porcs est suffisant, puisque la zone de production de l'AOC de Lacaune s'étend sur 3 départements. Seuls quelques aménagements dans les porcheries déjà anciennes et la création de petites unités non industriellespourraient être envisagés. On peut donc se demander si les vendeurs de porcheries clés-en-main n'instrumentalisent pas des salaisonniers de Lacaune pour installer des porcheries industrielles leur permettant d'écouler leurs marchandises. Pour Lacaune,faisons le pari d'une AOC de qualité : nourriture sans OGM, élevages sur paille et de dimensions réduites, élimination non polluante des déchets, et pourquoi pas un agrément bio… Alors qu'il faut favoriser une AOC de qualité, les milliers de porcs supplémentaires sont une nuisance importante pour les riverains, et préfigurent la surproduction et les faillites. L'effondrement des cours de ces dernières années a eu des conséquences dramatiques pour certains producteurs. La viande de porc étant exclue de la politique agricole commune (PAC), l'Europe sera impuissante et ne pourra pas venir au secours des paysans endettés. Les vendeurs de farine animale et les marchands de porcheries seront, à ce moment-là, aux abonnés absents.