HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°12 – AUTOMNE 2002 L'Europe vue d'Aquitaine
Et si l'Europe sociale passait par Bayonne ?

L’entreprise allemande Ruwell fabriquait à Bayonne des circuits imprimés. En avril dernier, les 350 salariés recevaient leur lettre de licenciement.
Et c’est toujours le même schéma…
Un terrain est offert par la commune de Bayonne pour ouvrir une usine qui permettra, bien sûr, de créer beaucoup d’emplois. A l’époque c’est SONY qui profite de l’aubaine. Ce qui ne l’empêche pas, quelques années plus tard, de revendre le terrain à Ruwell France pour 45 millions de francs qui le cède à son tour à Ruwell alim pour 17 millions…
"Quand un grand groupe veut la fin d’une de ses filiales sans que ça lui coûte trop d’argent et pour mieux bénéficier des aides publiques ailleurs, la chose est simple" déclare Martine Bisauto, membre de la CFDT Pays Basque et porte parole des Verts Basques,"on impose des prix d’achat les plus bas possible qui ne tardent pas à entraîner l’insolvabilité de la filiale facilitant la liquidation judiciaire" précise-t-elle. La preuve. La maison mère fait construire en Allemagne une usine hyper moderne qui a, semble-t-il, bénéficiée de subventions européennes.
L’Europe sociale est à construire pour interdire de telles pratiques. L’Europe syndicale aussi. Comment des travailleurs européens peuvent-ils laisser faire ses industriels qui n’hésitent pas à déshabiller jacques pour habiller Paul ? Une délégation de la CFDT Pays Basque a été reçue au Parlement Européen en juin dernier à l’invitation de la Gauche Unie Européenne (GUE). Des euro-députés Verts, dont Gérard ONESTA, faisaient partie de la délégation qui a rencontré les syndicalistes. Tous se sont entendus pour dénoncer l’escalade des dotations de subventions aux groupes de dimension internationale, aussi bien en France qu’en Europe ainsi que les carences et le vide juridique social européen.
Peut-être que la future constitution européenne permettra de jeter les bases d’une Europe exigeante socialement et moins soumise au pouvoir de l’argent.