HAUT DE PAGE




Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°4 – AUTOMNE 2000 L'Europe vue de l'Hémicycle
500 000 morts par an

L’industrie du tabac s’emploie de plus en plus à empoisonner
le tiers monde

Un demi-million de victimes chaque année, c’est le triste bilan du tabagisme dans les 15 pays de l’Union européenne. En juin dernier, le lobby du tabac a essuyé un revers au Parlement européen. En première lecture, les amendements soutenus entre autres par Didier-Claude Rod, rapporteur du groupe des Verts sur ce dossier, et contestés par le lobby du tabac représenté par M. Lechner, député allemand de la CDU, ont obtenu une nette majorité de l’Assemblée (plus de 300 voix). Rappelons qu’en seconde lecture, si un texte n’atteint pas 314 voix au Parlement européen (la moitié des députés, présents ou non), c’est le Conseil des ministres de l’Union qui est en position de force pour arrêter la décision finale (cf. éditorial de Carré d’Europe n°3 lire le texte).
Si ce vote est confirmé en seconde lecture, les avertissements sur les paquets de cigarettes couvriront 35 % de la surface du paquet, afin qu’on ne puisse plus les ignorer, et les appellations mensongères de "légères" ou "ultra-légères", qui s’appliquent en réalité à des cigarettes tout aussi nocives que les autres, seront interdites. De plus, les taux maximaux autorisés de nicotine (qui provoque l’accoutumance), de goudron (qui encrasse les poumons) et de monoxyde de carbone (gaz toxique) seront réduits, tandis que l’ammoniac (qui augmente la dépendance) sera interdit. Les Verts demandent que ces mesures s’appliquent aussi, le plus vite possible, pour les exportations, car l’industrie du tabac s’emploie de plus en plus à empoisonner le tiers monde et l’Europe de l’est, et à propager les clichés les plus absurdes du mode de vie occidental. Reste la question de la publicité. Théoriquement interdite en France et dans quelques autres pays de l’Union, elle se déguise en fait sous des marques de vêtements ou de raids sportifs (un comble !). Mais elle reste parfaitement autorisée dans plusieurs pays européens. Une autre directive européenne se propose d’interdire toute publicité sur le tabac. L’avocat général de la Cour européenne de justice, M. Fennelly, demande pourtant son annulation, se fondant sur les règles habituelles du libéralisme ("il n’est pas dans l’intérêt du Marché intérieur d’interdire la publicité"). Didier-Claude a rappelé que le principe de démocratie, incluant la protection des citoyens contre les effets pervers du marché intérieur, doit prévaloir sur les lois du marché.Mais, de même que l’Etat fait preuve de schizophrénie entre son rôle de garant de la santé publique et les recettes qu’il tire des taxes sur les drogues légales (tabac et alcool), l’Union européenne dépense près d’un milliard d’euros par an pour soutenir les producteurs de tabac, contre une somme dérisoire consacrée à la prévention des cancers et des maladies cardio-vasculaires. Les Verts ne prônent pas l’arrêt brutal de toute subvention, mais d’abord la reconversion vers d'autres cultures. Ils proposent en outre, par la voix de Danielle Auroi, d’utiliser le fonds européen de recherche et d’information sur le tabac pour améliorer les pratiques culturales, afin de réduire les taux de nicotine et de goudron.