HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen






Interdiction de fumer : le Parlement européen fait marche arrière
20 minutes.ch - 13 fév 2007

Strasbourg - Le Parlement européen, qui avait décrété au premier janvier une interdiction totale de fumer dans ses locaux, vient de faire marche arrière.

Il se dotera d'espaces fumeurs, a-t-on appris mardi auprès de l'eurodéputé Vert Gérard Onesta.

«Nous avons tenu 43 jours sans tabac», a ironisé le vice-président du Parlement, qui était seul contre 12 au sein du bureau à voter lundi soir contre la mise en place d'espaces fumeurs.

En règle générale très prompts à légiférer en matière de santé publique, les eurodéputés donnent là «un signal politique détestable», alors que l'interdiction de fumer dans les lieux publics, entrée en vigueur en France au 1er février, se généralise depuis deux ans en Europe.

La mesure risque également d'être coûteuse car elle suppose la mise en place d'extracteurs d'air, a précisé M. Onesta.

Le revirement de la position du bureau - composé du Président du Parlement européen et des vice-présidents, et où les questeurs siègent à titre d'observateurs - est dû à son récent renouvellement en janvier.

Fin janvier, la Commission européenne s'était prononcée pour une interdiction générale de fumer dans les espaces publics fermés, sans exceptions pour les restaurants, en lançant un débat sur la nécessité ou non d'adopter une législation au niveau de l'UE.

Dans un Livre vert auquel les Etats membres doivent répondre d'ici le 1er mai, la Commission estime qu'une interdiction générale de fumer dans tous les lieux publics fermés ou semi-fermés «serait la plus bénéfique pour la santé publique».