HAUT DE PAGE





"Taxe Tobin" du nom d’un économiste américain promoteur
de l’idée d’une taxation, même très faible, sur les flux de capitaux,
afin de juguler la spéculation et de constituer une réserve financière pour l’aide au développement, réserve estimée à 5 fois l’aide actuelle au développement.



Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




En attendant le "grand soir"...
Carré d'Europe N°2 – PRINTEMPS 2000 L'Europe vue d'e l'Hémicycle

Peut-on et devrait-on taxer les flux financiers ? À 5 voix près, le Parlement européen a failli demander à la Commission et au Conseil d’étudier la possibilité d’instaurer une taxation du capital (style "taxe Tobin").
Même si cette demande n'était qu'une première - petite - étape, elle aurait eu le grand mérite d’obliger tous les gouvernements de l’Union européenne à prendre officiellement position sur cette idée de taxation du capital.
Outre la gauche, les Verts/ALE, les régionalistes et les libéraux (qui prouvent ainsi qu’ils ne sont pas ultralibéraux…), signalons que 4 députés PPE (droite) sur 232 ont voté pour cette résolution, dont les centristes (et Béarnais) Bayrou et Lamassoure. Quelques députés pasquaïens les ont suivis, suivant en cela leur discours antilibéral.
Cette résolution aurait été adoptée assez facilement si les travaillistes britanniques, émules du néolibéral Tony Blair, ne s’étaient abstenus, sur ordre du gouvernement britannique.
Est-ce au contraire parce qu’elle était trop réformiste qu’Arlette et ses colistiers ont carrément voté contre (Krivine s’abstenant) ? Ceux qui n’ont pas de mots assez durs contre les profiteurs ont expliqué qu’ils ne voulaient pas améliorer le capitalisme, mais le détruire. Raisonnement somme toute logique, illustration de la politique du pire prônée depuis toujours par les trotskistes : si on adoucit un tant soit peu le capitalisme, on n’arrivera pas à dresser les opprimés contre l’ordre établi. En attendant le "Grand soir", les spéculateurs ont de beaux jours devant eux ! Et les nombreux militants d’extrême gauche qui se battent pour la taxe Tobin au sein du réseau ATTAC peuvent se sentir trahis, comme l’a fort justement rappelé Alain Lipietz, économiste et député Vert européen.