HAUT DE PAGE







Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Démêler l'écheveau
Carré d'Europe N°9 – HIVER 2001-2002 L'Europe vue d'Aquitaine

Faire découvrir un patrimoine industriel trop souvent ignoré, produire tout en respectant l’environnement des laines de qualité, relancer l’économie locale et aider à l’insertion, c’est le projet de la filature de Belvès installée dans la vallée de la Nauze en Dordogne, au cœur du Périgord.
La filature a été créée aux environ de 1850 dans une vallée qui alimentait en énergie pas moins de quarante moulins sur vingt kilomètres. Faute de relève et dans une conjoncture économique difficile, elle a interrompu ses activités à la fin des années 1980.
Refusant de se résigner, un groupe de personnes décide, en créant une association, de faire revivre le lieu avec un projet alternatif et novateur.
Avec l’aide précieuse de l’ATELIER (Association Textile Européenne de Liaison d’Innovation d’Échange et de Recherche) le projet "comment tisser le passé avec les fils du futur" voit le jour.
L’ATELIER vient de la volonté d’une coopération solidaire entre professionnels de la laine et du textile (éleveurs, tondeurs, artistes, scientifiques, musées textiles, écoles agricole…) au niveau européen. Les adhérents signent une charte où ils s’engagent à utiliser une matière première locale, à contribuer à la maîtrise complète de la filière, à constituer un réseau d’entraide, à promouvoir les produits par un label de qualité. Cette charte précise qu’aucune personne participant à la transformation d’un produit ATELIER ne subira une quelconque forme d'exploitation. L’ATELIER est aussi une force de proposition pour faire évoluer la législation européenne et pour soutenir la filière, mais est loin d'avoir la puissance d'influence des multinationales du textile (notamment synthétique) qui sillonnent le quartier des décideurs bruxellois…
Le projet de la filature de Belvès est maintenant porté par une coopérative autogérée qui rassemble des activités de production de laine, mais aussi de transformation. Elle est ouverte au public qui peut découvrir cette industrie artisanale. Un centre de ressources, d’échange et de formation doit voir le jour. Cette filature s’inscrit aussi dans une démarche d’économie sociale et solidaire, puisqu'elle crée des emplois en donnant à des Rmistes, porteurs de projet, la possibilité de retrouver une activité.
Nouvelle façon d’aborder les relations dans le travail, construction de l’avenir en tenant compte du passé, inscription dans un territoire que l'on respecte, utilisation de financements solidaires… autant d'ingrédients de ce "développement durable" dont les eurodéputés Verts parlent dans les travées de l'hémicycle strasbourgeois.
Mais pour ces professionnels de la fibre, l'écheveau le plus difficile à démêler semble celui des subventions européennes. Car si des aides communautaires sont disponibles pour ce type d’initiative, la complexité des démarches pour obtenir ses financements est telle que beaucoup de porteurs de projets baissent rapidement les bras face à une bureaucratie jugée lointaine. Il est vrai que la jungle des programmes d'aides de l'Union, couplée à un "zonage par objectifs" semble inextricable. L'idée européenne gagnerait en lisibilité et efficacité - donc en popularité - si elle savait simplifier ses méthodes, et délocaliser ses services dans nos régions au travers d'antennes de proximité. À méditer.

L'ATELIER
Tél : 04 92 25 71 88
Fax : 04 92 24 15 77
Filature de Bèlvès
Tél : 06 88 55 33 08
Fax : 05 53 59 66 08