HAUT DE PAGE









Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°6 – PRINTEMPS 2001 L'Europe vue de Midi-Pyrénées
Cause toujours

2001 est l'année européenne des langues. Partout les pouvoirs publics s'associent à cette manifestation d'envergure continentale pour célébrer richesse de la diversité et nécessaire des langues régionales. Partout ? Voire. Gérard Onesta était le 20 mars à Albi, aux côtés des enseignants et des parents d'élèves de l'école primaire Rochegude, occupant les lieux pour refuser suppression d'un poste d'instituteur, qui entraînerait la fin certaine de l'apprentissage de l'occitan tel qu'il y est pratiqué. Car cette école n'est pas un simple point sur la carte scolaire : C'est l'école pionnière qui, dès 1989, prouvait que l'enseignement public enrichissait toute sa pédagogie par le bilinguisme précoce. L'académie et le ministère, contactés par le député européen, expliquent - gênés - qu'ils en sont réduits à faire des choix entre les ZEP, les handicapés et … la culture ( ! ). Mettre ainsi en concurrence les urgences est indigne de la mission de l'Éducation Nationale.
Alors que ce ministère multiplie les discours en faveur de la diffusion des langues régionales, le citoyen ne peut que constater le décalage entre parole et actes. Casser l'expérience de Rochegude, unanimement saluée comme une totale réussite, c'est s'attaquer à un symbole.
Comment dit-on "inadmissible" en occitan ?