HAUT DE PAGE






Gérard ONESTA
Député Vert européen,
Vice Président du Parlement européen




Carré d'Europe N°9 – PRINTEMPS 2002 L'Europe vue de l'Hémicycle
Bruxellywood

Conscient que la réflexion sur la mondialisation passe d'abord par la culture, le Parlement Européen a adopté - à une écrasante majorité - le rapport de l’eurodéputé Vert flamand Luckas Vander Taelen. Ce texte, qui vise à mieux diffuser les films européens dans l'Union et les pays candidats, veut dynamiser un secteur dominé par les grosses productions hollywoodiennes. L’année 2000 fut à ce titre désastreuse : en Europe la part des "productions maison" est tombée à 22,5 % des entrées, à comparer à un inquiétant 74 % pour les films américains. Pourtant, en 1970, la part du cinéma européen représentait chez nous 60 %.
Puisque la culture apporte au projet européen son indispensable "supplément d'âme", le Parlement exige un soutien accru des États membres et des institutions, y compris de la Banque Européenne d’Investissement. Toutes les banques sont en fait montrées du doigt, elles qui rechignent à soutenir la qualité des productions européennes, préférant investir leur euros dans quelques recettes US - juteuses bien qu'insipides - à base dinosaures synthétiques.
La faiblesse majeure de l'eurocinéma demeure pourtant sa promotion. La distribution de nos films pâtit de sa fragmentation en une kyrielle de petites structures nationales, broyées une à une par les majors américaines. Luckas propose donc la création d’un Fonds européen de promotion qui permettrait à nos meilleures productions d’être largement diffusées, …car le cinéma mondial n'est vraiment riche que de sa diversité.

Luckas Vander Taelen
e-mail :
Lvandertaelen@europarl.eu.int